Célébrations de la Parole


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mardi, le 30 décembre 2008
1 Jean (2, 12-17) Psaume 95(96) Luc (2, 36-40)

I Ouverture de la célébration

Nous en sommes aujourd'hui à la fin de cette année 2008, comme le temps passe vite. En regardant en arrière, nous pouvons voir beaucoup de choses que nous avons faites pendant l'année. Il y a des choses que nous avons bâties, des gestes que nous avons faits et dont nous sommes fiers. Qu'en reste-t-il ? Qu'en restera-t-il quand nous serons partis. Dans nos réflexions de ce matin, nous sommes invités à distinguer ce qui est essentiel et durable.

a) Antienne d'ouverture
Alors qu'un profond silence enveloppait toutes choses et que la nuit en était au milieu de son cours, ta Parole toute-puissante, Seigneur, est venue du ciel, ta demeure royale.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Bonjour et bienvenue à cette rencontre. Accueillons ce matin la Parole de Dieu qui nous invite à la simplicité, la bonté et la générosité. Offrons notre rencontre pour tous ceux qui trouvent le temps des fêtes difficile et pour nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
Tournons-nous vers le Seigneur et laissons-le nous transformer par sa miséricorde.
- Seigneur Jésus, image d'un Père miséricordieux, béni sois-tu et prends pitié de nous.
- Ô Christ, don du Père à notre humanité, béni sois-tu et prends pitié de nous.
- Seigneur, source de vie éternelle, béni sois-tu et prends pitié de nous.
Que le Dieu tout-puissant nous pardonne nos erreurs et nous conduise à la vie éternelle.

d) Prions

Nous t'en prions, Dieu tout-puissant, alors que le péché nous retient encore sous sa loi, donne-nous la délivrance par la prodigieuse et nouvelle naissance en notre chair de ton fils unique, Jésus Christ. Lui qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

a) Lecture de la première lettre de saint Jean. (2, 12-17) (Lecture dans le Prions)

Cette lettre de saint Jean est remplie de bonté, il insiste pour dire aux jeunes comme aux vieux que le bien a vaincu le mal. Il nous met en garde contre un certain monde : celui des désirs égoïstes et de l'orgueil que peut susciter l'amour des richesses matérielles.
Ce monde est éphémère, comme l'est d'ailleurs le temps du magasinage, de cette publicité qui nous offre tout ce dont nous n'avons pas besoin, tandis que la Parole de Dieu demeure et nous offre la sagesse et la sérénité.
Entrons dans le grand mouvement de la volonté de Dieu sur le monde. Dans le temps qui nous est donné et qui passe si vite, découvrons des étincelles d'éternité, des réalités qui demeurent et dont nous aimons faire mémoire quand la vie semble nous échapper.
Et c'est vraie pour tous les âges : de l'enfance à la maturité et de la maturité au dernier versant de la vie.

Le psaume qui suit nous invite à prier dans la joie.

b) Lecture du Psaume 95(96) (Lecture dans le Prions)

R. Joie au ciel! Exulte la terre!

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Aujourd'hui la lumière a brillé sur la terre. Peuples de l'univers, entrez dans la clarté de Dieu. Venez tous adorer le Seigneur. Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (2, 36-40) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

C'est à travers l'observance de rites qu'on peut imaginer très exigeants que Marie et Joseph découvrent peu à peu la mission que Dieu leur confie. Imaginez un voyage de plusieurs jours, à pied dans des sentiers de montagnes pour aller à Jérusalem offrir un sacrifice.
De nos jours, les rites sont différents, comme l'assistance à la messe ou à la célébration de la Parole, mais c'est à travers ces moments que nous consacrons à Dieu qu'il nous parle et que nous pouvons accueillir sa volonté.

C'est dans la pauvreté d'une étable que Marie et Joseph ont accueilli Jésus. L'offrande rituelle d'aujourd'hui, un couple de colombes, c'est l'offrande réservée aux pauvres. Plus tard on dira qu'il n'a même pas une pierre pour mettre sous sa tête pour dormir.
Les magasins nous invitent à préparer notre Noël en achetant tout ce dont nous n'avons pas besoin et qui se retrouvera vite dans nos poubelles.
Marie et Joseph nous invitent à vivre le temps de Noël en accueillant Jésus, et en même temps en accueillant dans la simplicité les personnes que nous rencontrerons en cette période des fêtes.

f) prions
Aujourd'hui, bénissons Dieu pour l'amour qu'il met en chacun de nous. Accueillons sa grâce et prions-le comme un père bienveillant avec l'espérance de la prophétesse Anne.


III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, nous te disons merci pour ta Parole qui nous révèle ta grande bonté."
"Seigneur Jésus, nous te disons merci de venir nous visiter par ton Pain qui nourrit notre cœur."
"Seigneur Jésus, nous te disons merci pour la vie que tu nous donne aujourd'hui.

Quand nous venons communier, Seigneur, tu viens à notre rencontre; produis en nos cœurs le fruit de ce sacrement, car seule ta grâce peut nous préparer à recevoir tes bienfaits.

1V Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 19 novembre 2008

Lecture de l'Apocalypse de Saint Jean (4,1-11)
Psaume 150
Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (19,11-28)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture

Nous rappelons ton amour, Seigneur, au milieu de ton temple; sur toute la terre ceux qui t'ont rencontré proclament ta louange : tu es toute justice.

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Aujourd'hui nous sommes invités à mettre nos talents au service du règne de Dieu.

c) Demandons miséricorde à Dieu.
Seigneur Jésus, tu es digne de recevoir gloire, honneur et louange; béni sois-tu et prends pitié de nous.
Ô Christ, tu es le fils du Dieu tout-Puissant; béni sois-tu et prends pitié de nous.
Seigneur, par toi tout fut créé; béni sois-tu et prends pitié de nous.

d) Prions.

Dimanche dernier, c'était la journée de l'enfant. Hier soir, nous avons rencontré des jeunes et leurs parents pour la préparation aux sacrements. Ce matin je voudrais prier pour les familles, spécialement pour les couples en difficultés, en recherche, ceux qui ont besoin d'accueil, de compréhension. Qu'ils trouvent les ressources dont ils ont besoin.

Prions encore
Dieu qui as relevé le monde par les abaissements de ton fils, donne à tes fidèles une joie sainte : tu les as tirés de l'esclavage du péché; fais leur connaître le bonheur impérissable. Par Jésus Christ… Amen

11 Liturgie de la Parole

a) Lecture de l'apocalypse de Saint Jean (4,1-11)

Le livre de l'Apocalypse nous impressionne avec ces symboles. On a vu lundi que le mot Apocalypse signifie révélation et non pas catastrophe. Il a été écrit pour des chrétiens persécutés. Il est codé pour circuler dans les communautés chrétiennes sans être compris par les romains.

Que véhicule le message? Il dit ceci : Apparemment, vous êtes vaincus, on vous persécute, mais ne vous découragez pas. Le mal n'auras pas le dernier mot. Les vrais vainqueurs, ce sont les croyants qui auront tenu bon jusqu'au bout. Aujourd'hui, l'évangéliste Jean lance un appel à la foi car notre Dieu domine l'histoire humaine. Jésus est au dessus de tout être vivant.

Nous vivons dans un monde tourmenté, mais rien ne peut empêcher l'aboutissement réussi de notre histoire humaine.

La spiritualité est un moyen de nous donner des repères solides au milieu de notre monde.

Les symboles d'aujourd'hui sont une invitation à reconnaître notre Dieu dans l'adoration. Le texte dit : Ils adorent celui qui vit pour les siècles des siècles.

Louons le Seigneur avec le psaume du jour. Le psaume 150 est le dernier du livre des psaumes. Il dit des raisons pour les êtres vivants de louer Dieu en musique.

b) Lecture du Psaume 150

Saint, saint, Saint,
le seigneur,
Dieu de l'univers!


c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia Voici qu'il vient sans tarder, le Seigneur : il apporte avec lui le salaire, pour donner à chacun selon ce qu'il aura fait. Alléluia. (chant)


d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (19,11-28)
(Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Jésus est en route vers Jérusalem avec ses disciples et ses derniers s'attendent qu'il y sera nommé roi

Jésus s'arrête pour leur raconter une parabole, une histoire pour leur faire comprendre que ça ne se passera pas comme ils s'attendent.

Qui est le roi de la parabole?
Il représente Jésus qui sait qu'il s'en va à Jérusalem où il mourra et ressuscitera et son Royaume il se construira tout au long de l'histoire humaine. Cela prendra du temps.

Que représente les pièce d'or?

Jésus veut désigner ce qu'il nous a donné :la vie, le monde à construire, nos talents et tant de richesses. Il donne gratuitement.

Dans le texte ceux qui ont fait fructifier leurs pièces d'or reçoivent des villes. Pour une pièce d'or rapportée, la récompense est une ville. Cela montre la générosité du roi. Plus le serviteur produit, plus il reçoit. Produire des fruits pour le Royaume fait entrer dans la joie de Dieu.

Celui qui remet la pièce intacte, sans l'avoir fait fructifier dit : j'ai eu peur comme pour s'excuser. Il n'a rien gaspillé. Il n'a rien perdu. Il n'a rien fait. Il n'a pas compris qu'on lui confiait une somme parce qu'on lui faisait confiance. La confiance nous fait oser, risquer, se dépasser même. Ce serviteur s'est imaginé la dureté du maître au lieu de percevoir sa générosité.

Bien sur c'est une parabole avec ses exagérations, mais quand on la transpose dans la perspective du Royaume de Dieu, Jésus veut faire passer le message du sérieux des choix de l'être humain.

Nous pouvons choisir de mettre à profit chacune de nos journée pour faire fructifier le dépôt reçu, pour ouvrir le trésor de la foi que nous avons reçu pour le partager. Dans le cœur de Dieu chaque petit geste pour faire grandir le Royaume a son importance.

On peut se demander par quel petit geste, je ferai grandir le Royaume aujourd'hui?

f) Prions
Loué sois-tu Dieu notre Père pour ta Parole qui donne vie.
Nous te prions pour les personnes qui cherchent ton amour.
Mets en elles ta tendresse, ta paix., ta joie.
Nous te prions aussi pour nos intentions personnelles.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

Nous sommes invités à nous rassembler pour partager le pain de vie.

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, qui enlève nos peurs, qui enlève ce qui nous divise.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion chant : Tu es la voie de Jean-Guy Morin

d) Prière d'action de grâce

Merci Seigneur pour ta Parole qui nous rassure.

Merci Seigneur pour ton pain qui nous nourrit.

Merci Seigneur pour ta présence au plus intime de notre être, pour la foi que tu nous donnes.

Terminons par la prière de Jean-Paul II pour la famille.
O Dieu de qui vient toute paternité
Au ciel et sur la terre,
Toi, Père qui es Amour et Vie
Fais que sur cette terre
Par ton fils, Jésus-Christ,
"né d'une femme"
et par l'Esprit-Saint,
source de charité divine,
chaque famille humaine devienne
un vrai sanctuaire de la vie
et de l'amour
pour les générations
qui se renouvellent sans cesse.
Que ta grâce oriente les pensées
et les actions des époux
vers le plus grand bien
De leur famille,
De toutes les familles du monde.


1V Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 15 octobre 2008
Galates (5, 18-25) Psaume 1 Luc (11, 42-46)

I Ouverture de la célébration

Aujourd'hui, l'Égise célèbre la fête de Sainte Thérèse-de-Jésus d'Avila. Née en 1515 en Espagne, à 18 ans elle entre au couvent et pour lutter contre le relâchement de la vie religieuse, elle travaille à la réforme du Carmel avec l'aide de Jean de la Croix. Elle fonda elle-même de nombreux monastères et mourut en 1582. Elle a été déclarée docteure de l'Église par le pape Paul VI en 1970.

a) Antienne d'ouverture
Comme une biche languit après l'eau vive, ainsi mon âme languit vers toi, mon Dieu. Mon Âme a soif de Dieu, du Dieu vivant.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Nous sommes venus accueillir la Parole, une Parole qui nous enseigne à comprendre le sens des lois que nous respectons. Offrons notre rencontre pour tous ceux qui sont malheureux, pour ceux qui sont loin de Dieu et pour nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
Nous avons beau nous réclamer du Christ, nous ne réussissons pas toujours à vivre l'évangile. Tournons-nous humblement vers le Père, implorons son pardon et demandons-lui la grâce de laisser mûrir en nous les fruits de l'Esprit.

-Seigneur Jésus, toi qui as mis la loi naturelle dans notre cœur, prends pitié de nous.
-O Christ, toi qui nous veux heureux, regarde nos malheurs et prends pitié de nous.
-Seigneur Jésus, toi qui nous parle sans cesse de vie est de justice, prend pitié de nous.

d) Prions (Prions en Église page 128)

Dieu qui a suscité par ton Esprit sainte Thérèse-de-Jésus pour montrer à l'Église le chemin de la perfection, fais-nous trouver notre nourriture dans sa doctrine spirituelle et brûler du désir de la véritable sainteté.

II Liturgie de la Parole

a) Lecture de la lettre de saint Paul aux Galates. (Ga 5, 18-25) (Lecture dans le Prions)

Ce qui attire mon attention dans cette lecture, c'est la première phrase qui dit : " En vous laissant conduire par l'Esprit, vous n'êtes plus sujet de la loi ".

Ne pas être sujet de la loi, ça veut dire ne pas avoir à suivre cette loi.
Mais en y regardant de plus près, ça veut dire plus que ça.

Pour faire une comparaison, prenons l'exemple d'un arrêt obligatoire, un "stop ". La loi nous oblige à nous arrêter sous peine d'une amende si on se fait prendre.
Il faut bien savoir que les lois ont été faites parce que nous les humains, nous avons tendance à oublier les droits des autres et à exagérer nos propres droits.

Si tout le monde avait un sens très développé du respect et de l'attention aux autres, nous n'aurions pas besoin de lois.
Et nous irions encore plus loin que la loi. En arrivant à une intersection, nous nous arrêterions par soucis pour les autres et nous laisserions la priorité à celui qui est arrivé avant nous. Nous adopterions une conduite prudente et sécuritaire par pur souci pour les autres.

C'est ce que saint Paul nous dit dans sa lettre aux Galates. Si on se laissait vraiment conduire par l'Esprit, on n'aurait pas besoin de la loi parce qu'on ferait encore plus que ce que la loi demande. Alors on ne serait plus sujet de la loi.

Le psaume qui suit nous invite à nous laisser conduire par l'Esprit sur le chemin des justes.

b) Lecture du Psaume 1 (Lecture dans le Prions)

R. Laissons-nous conduire par l'Esprit.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. La loi du Seigneur est joie pour le cœur, lumière pour les yeux. Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (11, 42-46) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Dans cette page d'Évangile, Jésus insiste sur le mot " Malheureux " qu'il adresse aux pharisiens et docteurs de la loi. Il ne leur souhaite pas de malheurs mais il déplore le fait qu'ils regardent la loi sans en comprendre l'esprit.

L'obligation de faire un arrêt à une intersection, ce n'est pas pour nous embêter ou nous pour faire plaisir à la police. L'esprit de cette loi est notre sécurité et de celle des autres. Je dois comprendre que respecter la signalisation est un acte de civisme et de respect pour la collectivité. Si je ne comprends pas l'esprit de cette loi, je risque d'être malheureux d'avoir cette contrainte.

C'est dans ce sens que Jésus traite les pharisiens et docteurs de la loi de malheureux. Ils sont malheureux parce qu'ils ne savent pas pourquoi ils le font. Jésus lui dit que c'est l'amour, la justice, le respect des autres qui doit être comme objectif lorsque nous respections la loi. Alors la loi de Dieu sera pour nous " source de vie ", nous serons " heureux " dans le respect de Dieu et des autres.

f) prions
Aujourd'hui, bénissons Dieu pour l'amour qu'il met en chacun de nous. Quelle que soit notre situation, nous sommes invités à entrer dans ce Royaume d'Amour.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, merci de respecter notre lenteur à comprendre l'esprit de tes lois"
"Seigneur Jésus, merci pour ta Parole qui donne un sens à notre pratique religieuse"
"Seigneur Jésus, merci pour le pain de ton Eucharistie qui nous rassasie de ta grande générosité"

Seigneur notre Dieu, donne-nous ta grâce, pour que nous chantions avec Sainte-Thérèse le Royaume qui est proche de nous. Bienheureux ceux et celles qui reconnaissent la miséricorde de Dieu et l'accueillent chaque jour.

1V Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 10 septembre 2008
Corinthiens (7,25-31) Psaume 44 (45) Luc (6,20-26)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture (prions page 66)

Donne la paix , Seigneur, à ceux qui t'espère : ne fais pas mentir les paroles de tes prophètes; exauce la prière de ton peuple

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Nous sommes venus accueillir la Parole, une Parole qui nous enseigne à vivre selon le bonheur que Dieu promet. Offrons notre rencontre pour les jeunes qui sont à l'école, pour ceux qui s'inscrivent dans des parcours en éducation chrétienne, en particulier nos petits-enfants, pour nos intentions personnelles.

c) Préparation pénitentielle.

Tournons-nous vers le seigneur et reconnaissons notre besoin de sa miséricorde afin qu'Il nous enseigne à vivre selon le bonheur qu'Il promet.

-Toi qui es venu élever ce qui était abaissé, Seigneur Jésus, prends pitié de nous…Rep.
-Toi qui es l'image du Dieu de miséricorde, ô Christ, prends pitié de nous…Rep.
-Toi qui nous convie au bonheur véritable, Seigneur, prend pitié de nous…Rep.

d) Prions (Prions en Église page 128)

Dieu créateur et maître de toutes choses, regarde-nous, et pour que nous ressentions l'effet de ton amour, montre-nous ton projet quand le bonheur et le malheur s'entremêlent dans nos vie.

II Liturgie de la Parole

a) Lecture de la première lettre de Saint Paul apôtre aux corinthiens.

La première lecture est un écrit de saint Paul. Il est dans une période où l'annonce de l'évangile est une désobéissance à la loi civile. Dans cette situation, on risque à tout moment d'être arrêté, jeté en prison, même exécuté.
Ici, Paul invite les Corinthiens à entrer dans la vie conjugale avec précaution; marié ou pas, le disciple devrait se garder disponible pour conserver sa liberté d'action en vue du Royaume.
Peut-être pourrions établir un rapprochement entre le commentaire de Paul et cette parole de Jésus : "Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout le reste vous sera donné par dessus le marché."
Dans notre monde de liberté, quelle place faisons-nous au Royaume?

Le psaume qui suit aurait été un chant pour les noces d'un roi. La tradition juive et chrétienne l'interprète comme les noces du Roi-Messie avec Israël, la figure de l'Église.

b) Lecture du Psaume 44(45)

R. Heureux ceux qui écoutent ce que l'Esprit dit aux Églises!

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux! Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (6, 20-26) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Heureux ou malheureux?

Nous savons tous que dans la vie il y a des moments de bonheur et des moments plus proches du malheur.
Dans cet Évangile, Jésus ne dit pas "heureuse la misère", la misère est un mal qu'il nous demande d'éliminer. Mais heureux sommes-nous si quelle que soit notre situation, nous ouvrons notre cœur aux dons de Dieu..

Lorsque par exemple, nous craignons pour notre santé, heureux sommes-nous si nous espérons un supplément de force et de joie.
Lorsque nous avons à l'esprit nos enfants , nos petits-enfants emportés par certains courants de la vie, heureux sommes-nous si nous sommes préoccupés par leur avenir et leur bonheur.
Lorsque nous souhaitons des moments agréables, heureux sommes-nous de désirer un peu de lumière pour éclairer ce que nous sommes en train de vivre.
Si nous traversons un moment de solitude ou un passage difficile dans notre couple, heureux sommes-nous si nous trouvons des mercis à dire parce qu'il y a de quoi dire merci dans notre vie.

Saint Luc ajoute comme l'envers de la béatitude : malheureux sommes-nous si nous nous installons dans la facilité ou l'égoïsme sans que rien nous motive et nous passionne.

Le Royaume de Dieu se manifeste sous les aspects contradictoires du bonheur et de la souffrance.

Heureux ou malheureux?

Heureux sommes-nous, si nous sommes ouverts à la Parole de Dieu et si nous espérons en son Royaume d'Amour, si nous sommes capable de nous ouvrir à une dimension au-delà des préoccupations terrestres. Comme le dit le chant que nous entendrons : Heureux, mille fois bienheureux ceux qui espèrent.

f) prions

Aujourd'hui, bénissons Dieu pour l'amour qu'il met en chacun de nous. Quelle que soit notre situation, nous sommes invités à entrer dans ce Royaume d'Amour.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant : Mille fois bienheureux)

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, merci de nous apprendre à nous ouvrir au bonheur qui vient d'en haut au moment présent"
"Seigneur Jésus, merci pour ta présence dans les moments de notre vie, petits et grands, où nous pouvons goûter la joie de ta présence."
" Seigneur Jésus, merci pour nous apprendre à vivre plus heureux et à développer la spiritualité à l'intérieur de nous."

Le projet de Jésus est de nous assurer dès maintenant que le Royaume est proche. Bienheureux ceux et celles qui le reconnaissent et l'accueillent chaque jour.

IV Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi le 20août 2008

Ézékiel 34, 1-11 Psaume 22 (23) Matthieu 20, 1-16

Bonjour,
Dans le " prions en Église " de ce matin, on dit que saint Bernard, dont c'est la fête aujourd'hui, était rempli d'amour pour l'Église. Comme nous, durant sa vie, il a cherché Dieu, à sa manière. Il a fondé plus de 70 monastères. C'était un grand priant. Il célébrait la Parole de Dieu à tous les jours, cette même Parole que nous allons célébrer ensemble aujourd'hui.

Accueillons avec joie la Parole de Dieu qui nourrit notre cœur.

SIGNE DE LA CROIX

Préparation pénitentielle

On ne peut parler d'amour avec Dieu sans parler de sa miséricorde. Disposons-nous à rendre grâce à Dieu très bon en implorant sa miséricorde. (Silence)

Seigneur Jésus, notre berger et notre pasteur, prends pitié de nous - Ô Christ, notre joie et notre vie, prends pitié de nous - Seigneur, toi qui nous accueilles sans réserve prends pitié de nous.

Que Dieu dont la puissance est celle de l'amour, nous fasse miséricorde, qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen

Ézékiel un prêtre du temple de Jérusalem, fait partie des Israélites déportés à Babylone, quand Nabucodonosor a pris possession de Jérusalem. C'était bien avant la venue de Jésus Christ.
Environ 4 ans plus tard, Dieu l'appelle à devenir son prophète. De la terre d' exil, Ézékiel adresse des paroles d'avertissement, à ceux qui étaient déportés avec lui et à ceux qui étaient restés à Jérusalem.

. Dans ce récit, Ézékiel, s'adresse aux dirigeants, qui usent de violence , de dureté, ne soignent pas les plus faibles, ne s'occupent pas de leur gens, que Dieu compare à des brebis. " Vous ne prenez soin que de vous-mêmes " dit-il et il les met en garde contre ces agissements irresponsables.

Il leur a dit d'arrêter de se cacher derrière la collectivité, car chaque individu est responsable de ses propres actes. Ce discours d'Ézékiel, apportait une vision tout à fait nouvelle de la responsabilité de chacun.

Il y a dit aussi des paroles d'espérance, quand il a annoncé que le Seigneur Dieu, ira lui-même à la recherche de ses brebis et qu'il veillera sur elles.

LECTURE DU LIVRE D'ÉZÉKIEL

Le psaume d'aujourd'hui, c'est le premier que j'ai entendu quand j'étais toute jeune. C'est un psaume qui exprime la recherche du secours de Dieu.

R/ Le Seigneur est mon berger;
rien ne saurait me manquer

Alléluia. Alléluia. Le Seigneur est vrai en tout ce qu'il dit, il est juste en toutes ses voies, fidèle en tout ce qu'il fait. Alléluia.

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU

La décision du maître de la vigne de remettre la même somme à ses ouvriers, peu importe leur temps de travail, a de quoi faire sourciller. Il y a là, semble-t-il, une injustice flagrante !
Cette mise en scène attire notre attention sur les chemins de l,amour de Dieu qui ne correspondent pas à notre logique humaine.
Le " bon larron " n'a-t-il pas acquis le paradis à la toute dernière minute?

Si Dieu avait fonctionné selon le principe du " donnant, donnant ", Jésus aurait certes attendu que l'homme crucifié à son côté ait fait ses preuves avant de lui accorder l'ultime récompense.

Alors, qu'est-ce qui entre dans la logique de Dieu ?
La surabondance de l'amour et de la miséricorde en est la clé de voûte. Dieu ne nous doit rien; nous n'avons aucun droit à revendiquer. Il s'est livré à nous et pour nous gratuitement.; il donne gratuitement et en abondance.
Il nous reste à accueillir cet amour de manière personnelle, à nous laisser aimer sans question, sans condition.

Prenons quelques instants pour accueillir l'amour gratuit de Dieu dans nos vies et nous demander :
Quel sorte de berger suis-je pour mes enfants, mes petits enfants, pour les personnes qui font partie de ma vie ?
Inviter les gens à s'approcher près du tabernacle et sortir le ciboire

Sûrement que saint Bernard, s'est adressé à Dieu avec cette prière, de demande qui s'adresse à notre père à tous.

NOTRE PÈRE

Bénis sois-tu Seigneur pour le Pain que tu nous offres, source du véritable amour, don gratuit pour l'humanité
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri….

COMMUNION

ENVOI
Seigneur, fais-nous profiter de cette nourriture que nous avons reçue en cette fête de saint Bernard. Tu nous invites à aller répandre ton amour gratuit autour de nous comme une lumière vivante. Merci de nous combler de ta bénédiction. Au nom du Père …….

Bonne journée à tous
Cécile Pinard Prince



CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 30 juillet 2008
Jérémie 15, 10.16-21 Psaume 58 (59) Mathieu 13, 44-46

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture

Mes pensées, dit le Seigneur Dieu, sont des pensées de paix et non pas de malheur. Appelez-moi, je vous écouterai et, de partout, je vous rassemblerai.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Nous sommes venus accueillir la Parole de Dieu en cette journée de vacances d'été. Que le Seigneur nous garde unis dans son amour maintenant et toujours.

c) Préparation pénitentielle.

Prenons un moment pour reconnaître la miséricorde de Dieu et notre besoin de conversion.

-Seigneur Jésus, toi qui ouvre la vie humaine sur le possible, prends pitié de nous.
-Ô Christ, toi qui soutiens par ton Esprit les messagers de la Bonne Nouvelle, prends pitié de nous.
-Seigneur, toi qui a connu les pires épreuves et la passion, prend pitié de nous.

Que le Dieu Tout-puissant, Père bienveillant, nous pardonne tous nos péchés et qu'il nous donne part à la vie éternelle. Amen

d) Prions
Accorde-nous Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité : car c'est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien. Par Jésus-Christ… Amen.


II Liturgie de la Parole

a) Lecture du livre de Jérémie (15, 10.16-21) (Lecture dans le Prions)

"Malheur à moi, ô ma mère! Pourquoi m'avoir enfanté?"
Pour que le prophète en arrive à prononcer ces mots, on peur l'imaginer, au moment d'un profond découragement, il faut que la vie lui soit devenue insupportable. N'y a-t-il pas en effet de ces journées où, tout à coup, l'impression de nager à contre-courant devient si forte que le goût de tout abandonner nous envahit? Pourquoi accepter de me faire ridiculiser à cause de ma foi? Ce serait si facile de baisser les bras et de me laisser porter par le courant de la facilité. Heureusement, les lectures nous rappellent que, dans l'épreuve, l'humain n'est pas seul. Et Dieu demande à certains d'entre-nous, comme le prophète, de se tenir debout et d'intercéder pour l'ensemble. Le Seigneur n'est-il pas avec nous, même au moment des pires épreuves? S'il a été capable de dresser Jérémie comme un rempart de bronze infranchissable et de l'arracher à la main des méchants, ne peut-il pas soutenir par l'Esprit notre foi chancelante.

Soyons réalistes : les épreuves font partie de la vie. Mais les lectures nous invitent à ne pas les laisser nous anéantir. Il n'existe pas de situations si bloquées que le Christ ne puisse dénouer, lui qui a définitivement, pour nous, vaincu la mort. Au lieu de nous attarder à nos incapacités, mettons notre énergie à rechercher le Royaume déjà présent dans notre quotidien.

Demandons au Seigneur avec le psaume 58 de nous soutenir quand nous en avons besoin.

b) Lecture du Psaume 58 (59) (Lecture dans le Prions)

R. Dieu mon rempart au temps de la détresse!

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Tu es béni Dieu notre Père, Seigneur de l'univers, toi qui révèles aux petits les mystères du Royaume. Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Mathieu (13, 44-46) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

L'évangile nous parle d'un royaume, Le Royaume de cieux. Ce que l'on sait d'un royaume c'est qu'il y a à sa tête un roi. Mais ce n'est pas un roi comme on en connaît sur la terre, qui s'impose et se fait servir. C'est un roi qui se comporte comme un père au milieu de ses enfants et qui a du souci pour chacun de ses sujets.

Quand on veut décrire le Royaume des cieux avec des mots humains, il faut utiliser plusieurs comparaisons pour montrer les différents aspects de ce Royaume, qui est spirituel.

Dans la première comparaison, le champ, c'est le milieu où je vis. Le trésor caché, c'est quelque chose de grande valeur et qui n'est pas visible à l'œil. Je dois le chercher avec mon cœur si je veux le découvrir. C'est parce que Jésus nous en a parlé que je peux le reconnaître en creusant, c'est-à-dire en cherchant le bonheur ailleurs que dans ce qui nous est proposé dans les publicités commerciales.

Quand je trouve ce trésor, qui est Jésus, je dois le protéger dans mon cœur, je dois vendre, c'est-à-dire changer mes priorités pour mettre Jésus en premier dans ma vie.

Dans la deuxième comparaison, on parle d'un négociant qui fait le commerce des bijoux. Il s'agit d'un négociant qui a de l'ambition et ne sera jamais satisfait tant qu'il n'aura pas trouvé le bijou de ses rêves. Lorsqu'il a trouvé la perle rare, il vend ses anciens bijoux pour acheter celle-ci. Cela ressemble à l'amour humain : un garçon fréquente différentes filles, mais dès qu'il a trouvé la perle rare il n'a plus de goût pour les autres. Tout l'amour qu'il distribuait un peu partout, il va désormais le concentrer pour sa dernière trouvaille.

Il ne suffit pas de dire, je suis baptisé, je suis chrétien. Jésus, c'est comme un bijou, que je veux me procurer, mais je dois chercher pour le découvrir. Je n'ai jamais fini de le découvrir, et de l'échanger contre tout ce que la publicité me vend à chaque jour.

f) Prions

Être proche de Dieu, mettre en lui mon espoir, c'est là que je peux trouver mon bonheur. Bénissons le Seigneur pour sa Parole et préparons-nous à le rencontrer dans son pain de vie.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant)

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour le trésor que tu nous offres à découvrir dans ta Parole."
"Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour toutes les perles rares que tu as mis dans notre champ celles que nous avons trouvé et celles que tu nous appelle à découvrir."
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour ta présence toujours discrète mais rassurante dans nos besoins."

Seigneur, tu nous redit ce matin ta présence dans ta Parole et dans ton Pain, augmente en nous le désir de faire route avec toi.

IV Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 24 juin 2008
Lecture du livre d'Isaïe (49, 1-6) Psaume 138 (139) Luc (1, 57-66.80)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture

Il y eut un homme, envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, et préparer au Seigneur un peuple capable de l'accueillir.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Nous sommes venus accueillir la Parole de Dieu en ce jour de la fête de Saint Jean-Baptiste. Que le Seigneur nous garde unis dans son amour maintenant et toujours.

c) Préparation pénitentielle.

Par sa vie et sa prédication, Jean Baptiste nous a conduits à Jésus. Laissons-le guider notre regard vers le Dieu de toute miséricorde.

-Seigneur Jésus, tu es l'Agneau de Dieu qui efface le péché du monde; prends pitié de nous…Rep.
-Ô Christ, tu nous baptises dans l'Esprit Saint; prends pitié de nous…Rep.
-Seigneur, tu es notre lumière et notre vie; prend pitié de nous…Rep.

d) Prions (Prions en Église page 128)
Tu as voulu, Seigneur, que saint Jean Baptiste prépare ton peuple à la venue du Messie; accorde à ton Église le don de la joie spirituelle, et guide l'esprit de tous les croyants dans la voie du salut et de la paix. Par Jésus-Christ… Amen

II Liturgie de la Parole

a) Lecture du livre du livre d'Isaïe (49, 1-6)

Ce texte de l'Ancien Testament ressemble à un poème du prophète Isaïe. Isaïe se met à l'écoute des îles lointaines pour ne pas perdre la mémoire de ses origines. Il dit quelque chose de son identité : il est un serviteur de Dieu pour lui ramener les descendants de Jacob.
Il signifie en même temps le peuple d'Israël comme serviteur pour le salut des nations, pour faire la gloire de Dieu, pour que son nom s'étende jusqu'au bout du monde.

Bénissons le nom du Seigneur avec le psaume du jour. C'est un psaume d'action de grâce de David. Il veut rendre hommage à Dieu qui sait tout.

b) Lecture du Psaume 138 (139)

R. Je te rends grâce, ô mon Dieu, pour tant de merveilles.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Réjouissons-nous de la naissance de Jean : il sera le prophète du Très-Haut, il marchera devant le Seigneur pour lui préparer le chemin. Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean 15, 9-17) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Nous fêtons aujourd'hui la naissance de Jean-Baptiste. C'est la fête de nos racines, de nos projets. La naissance de Jean-Baptiste fut célébrée dès les premiers siècles du christianisme entremêlé avec la naissance de Jésus. La naissance de Jésus est célébrée en décembre, au solstice d'hiver, au moment où les jours commencent à allonger, à donner plus de lumière. La fête de Jean-Baptiste se célèbre en juin, au solstice d'été, au moment où le temps de lumière commence à raccourcir. Le symbole de la longueur des jours nous rappelle cette parole de Jean-Baptiste : "Il faut qu'il grandisse, et que moi je diminue."

Jean-Baptiste, notre patron, fut le précurseur de Jésus. Il a préparé le terrain pour que Jésus vienne et que l'Évangile s'enracine dans une terre remuée par l'action et la parole de Jean-Baptiste. A leur façon, nos ancêtres ont porté l'Évangile jusqu'à nous, ils ont été des précurseurs. Par leurs gestes et leurs paroles, ils nous ont fait signe d'entrer dans cet espace. L'Évangile, espace de liberté, rejoint ce qu'il y a de meilleur en nous et nous invite à donner un sens à ce que nous vivons.

Dans cet Évangile, on voit l'importance du nom donné à l'enfant. Les parents proches ont leur idée, le nom du père convient pour le premier garçon. Mais Zacharie confirme le nom de Jean qui signifie en hébreu : "Dieu a été favorable, Dieu va faire grâce à son peuple". En voyant Zacharie retrouver la parole, les gens du voisinage se demandaient : Que sera donc cet enfant? Le nom de Jean permet de deviner que Dieu allait tenir parole, que le salut est proche.

Zacharie savait par la bouche de l'ange qui lui avait annoncé que Jean serait :
un prophète comme Élie qui avait laissé un souvenir inoubliable dans la mémoire juive.
Un baptiseur qui ferait revenir le cœur des rebelles à la sagesse et la droiture.
Un précurseur chargé de préparer au Seigneur un peuple capable de l'accueillir.
Une petite lumière qui conduira à la découverte de l'Agneau de Dieu.

Nous avons reçu à notre baptême, le nom de chrétien, qui nous invite à participer à un projet. En ce sens, nous avons aussi un nom-projet que nous vivons dans la liberté. Pour l'un, c'est la tendresse, pour l'autre, c'est le service, pour l'autre encore c'est source de joie… Nous sommes dans un projet unique que Dieu porte avec nous.

f) Prions

Aujourd'hui, bénissons Dieu pour la naissance de Jean, pour la miséricorde qu'elle manifeste et annonce. Bénissons-Le pour le rêve merveilleux qu'il fait pour chacun/e de nous.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant)

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour faire en nous quelque chose de neuf afin que nous voyons la vie avec une lumière nouvelle."
"Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour ta présence dans les moments de notre vie, petits et grands, où nous pouvons goûter la joie de ta présence."
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour Jean-Baptiste, un enfant prédestiné, un homme libre qui demeure pour nous un prophète et un modèle de foi à imiter."

Seigneur, tu refais nos forces à la table où l'Agneau se donne en nourriture, et nous te prions pour ton Église : elle célèbre dans la joie la naissance de Jean Baptiste; qu'elle sache reconnaître en Jésus l'auteur de sa propre naissance.

IV Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 14 mai 2008

Lecture du livre des Actes des Apôtres. (1,15-17.20a.20c-26)
Psaume 112 (113)
Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (15,9-17)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Nous sommes venus accueillir la Parole de Dieu qui veut parler à notre cœur. Aujourd'hui c'est la fête de Saint Matthias. Disons ensemble l'Antienne d'ouverture.

a) Antienne d'ouverture

"Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, dit le Seigneur, c'est moi qui vous ai choisis, je vous ai mis à cette place afin que vous partiez, que vous donniez du fruit et que votre fruit demeure".

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

c) Demandons miséricorde.
Seigneur, tu nous appelles à témoigner de l'Évangile par notre vie, prends pitié de nous.
Seigneur, tu nous demandes de construire un monde où règne la justice et la paix, prends pitié de nous.
Seigneur, tu nous invites au partage, prends pitié de nous.

d) Prions.

Dieu qui as choisi saint Matthias pour compléter le collège des Apôtres, accorde-nous, à sa prière, puisque ton amour nous appelle, d'être un jour au nombre des élus. Par Jésus-Christ … Amen

II Liturgie de la Parole

a) Lecture du livre des Actes des Apôtres. (1,15-17.20a.20c-26)

On voit que le disciple Matthias avait été appelé à suivre Jésus dès le Baptême de Jésus par Jean-Baptiste. Plus tard, c'est dans la prière qu'il a été choisi pour être associé aux Apôtres afin de témoigner de la Résurrection de notre Seigneur.

Bénissons le nom du Seigneur avec le psaume du jour.
C'est un psaume que les juifs récitaient pour les grandes fêtes, en particulier au repas pascal.

b) Lecture du Psaume 112 (113)

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Heureux ceux que Dieu a choisis pour être les témoins du Christ ressuscité! Alléluia. (chant)

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean 15, 9-17) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Je ne vous appelle plus serviteur, je vous appelle mes amis. Si on se demandait comment est l'amitié de Jésus?
J'en ai regardé trois aspects. D''abord c'est une amitié bienveillante. Nous expérimentons tous l'amitié. Aimer quelqu'un, c'est vouloir son bonheur. Et Dieu a voulu notre bonheur le premier. Il a pris l'initiative de nous aimer. Il veut que nous soyons heureux. C'est pour cela qu'il nous appelle " amis ".
Une deuxième caractéristique de l'amitié est une sorte de transparence des cœurs. On se confie des secrets. C'est ce que Jésus fait quand il dit : "Je vous appelle mes amis car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître". Il nous a révélé qui est son Père comme un ami se confie à son ami et il attend que nous lui confions à notre tour, nos secrets les plus intimes.
Enfin dans l'amitié, il y a aussi un don réciproque, un partage. Il n'y a pas d'amitié sans le partage de bien commun. Nous partageons nos talents, notre accueil, notre présence, tout cela c'est de la vie. Dans les relations d'amitié que nous tissons avec les autres, nous pouvons apprendre beaucoup de notre amitié, notre amour avec Dieu. Lui nous a aimé jusqu'au don même de sa vie.

Jésus nous dit de demeurer dans son amour. Que signifie demeurer?

Les liens que nous entretenons sont parfois fragiles. Souvent on veut changer pour du neuf, vivre des expériences nouvelles. Pourtant "demeurer" est essentiel à l'amour. Lorsque le sentiment s'efface, demeure la persévérance patiente, la volonté d'aimer. Demeurer, persévérer vont dans le même sens.
Demeurer implique une certaine paix, une fidélité dans la relation d'amitié, une joie de demeurer.

Cette joie, Jésus nous la promet. "Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie." Donner le meilleur de nous-mêmes, c'est donner notre vie par amour comme Jésus l'a fait. Le don de soi par amour procure une joie profonde qui est le fruit de l'Esprit.

En terminant, Jésus dit, ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. Il veut souligner l'importance de ce commandement. Cependant, il ne faut pas oublier que chacun approfondit son amour de Dieu selon son rythme. Chaque chrétien vit une histoire d'amour unique avec le Seigneur. Cette relation peut constamment grandir parce qu'elle est vivante. L'important est de se rappeler que chaque personne est aimée de Dieu et que Dieu nous redit constamment de choisir la vie en aimant à la manière de Jésus.

f) Prions

Loué sois-tu Dieu notre Père pour ta Parole qui donne vie.
Nous te prions pour les malades, les personnes qui cherchent ton amour.
Mets en elles ta tendresse, ta paix., ta joie.
Nous te prions aussi pour nos intentions personnelles.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant)

d) Prière d'action de grâce

" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour cette Parole que tu nous as adressée ce matin et qui nous rejoint chacun, personnellement.
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour la chance que tu nous accordes de pouvoir partager ton Pain.
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour Marie, ta mère qui était présente à la Pentecôte, à la naissance de l'Église.

IV Conclusion

a)Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mardi 8 avril 2008
Actes 7, 51 - 8, 1 Psaume 30 (31) Jean 6, 30-35

Bonjour, bienvenue à cette célébration de la Parole de Dieu. Ensemble, traçons sur nous le signe de rassemblement des chrétiens. †

Dieu le Père nous offre son Fils en nourriture pour notre vie spirituelle. En ce début de célébration, prenons conscience de la faiblesse de notre foi et en la force que nous procure une telle nourriture.

" Seigneur Jésus nous avons de bonnes intentions mais la tentation souvent l'emporte, Seigneur prends pitié de nous.
" Seigneur Jésus nous implorons souvent ton aide mais nous continuons de faire les choses à notre manière, Seigneur prends pitié de nous.
" Seigneur Jésus, nous avons faim de ta Parole mais nous sommes souvent timides pour la proclamer, Seigneur prends pitié de nous.

Seigneur, accorde-nous ton pardon. Nous avons péché contre toi. Montre-nous ta miséricorde et nous serons sauvés. Que le Dieu tout-puissant et miséricordieux, nous pardonne nos fautes et nous conduise à la vie éternelle.

Le premier texte d'aujourd'hui nous rappelle que les premiers temps de l'Église n'étaient pas faciles pour les premiers chrétiens. Étienne est pris à partie par les autorités juives, il est jugé et condamné pour affirmer ouvertement sa foi en Jésus ressuscité.

Actes (7, 51 - 8, 1a)(Lecture du Prions)

Ça se passait il y a quelques années, je travaillais à la préparation d'un groupe de jeunes à la première communion. Nous avions préparé une activité pour les jeunes qui consistait à visiter l'église, les objets sacrés, les vêtements du prêtre et les nommer. En leur montrant le calice et le ciboire, un petit garçon a dit : "on ne dit pas ces mots là".

Ces mots là, il les avait sûrement entendu de la bouche de quelqu'un qui était fâché et ça lui rappelait de mauvais souvenirs. Entendre ces mots pour lui était insoutenable et il a fallu qu'il le dise. Ces paroles pour lui étaient associées au mal et à un comportement mauvais.

Dans la lecture que nous venons d'entendre, les notables juifs ne peuvent plus entendre les paroles d'Étienne. Comme ils ne le croient pas, ses paroles sont pour eux comme des blasphèmes. Le mystère de la croix de Jésus est un signe de contradiction, il est le salut pour ceux qui croient mais il est aussi absurde pour un non croyant.

Saint Paul disait que de croire en Jésus crucifié était un scandale pour les juifs et une folie pour les païens.

On ne dit pas n'importe quoi, n'importe où, à moins d'être prêt à se faire lapider comme Étienne. Même si des paroles sont vraies et bonnes, elles peuvent résonner mal pour quelqu'un et produire l'effet contraire de celui recherché.

On peut penser qu'Étienne a un peu couru à sa perte en traitant les grands prêtres de têtes dures et leur disant que leurs pères étaient des meurtriers. Mais Étienne subissait son procès et il savait que de toute façon il était condamné, il en a profité pour affirmer sa foi et rendre témoignage au Christ.

Mettons-nous pour un instant à la place d'Étienne, condamné à mort pour sa foi et prions le Seigneur avec le psaume 30.

Psaume 30 (31) (Lecture dans le Prions)
R En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

Jésus accompagnait toujours ses enseignements de signes, de gestes de bonté, de guérison, pour donner du poids à ses paroles. Nous allons le voir dans le récit de l'évangile.

Alléluia ! Alléluia ! Seigneur Jésus, pain vivant, pain véritable, celui qui vient à toi n'aura plus jamais faim. Alléluia !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (6, 30-35) (Lecture dans le Prions)

Qu'est-ce que les gens sont venus faire en suivant Jésus dans le texte que nous venons d'entendre ? Pourquoi toute cette foule le suivait dans cet endroit désert.

La lecture des pages précédentes nous révèle que les gens avaient entendu parler de la réputation de Jésus qui guérit les malades. À une époque où être malade signifie être rejeté de Dieu et des gens bien portants, on peut comprendre qu'un guérisseur soit populaire. Mais Jésus est bien plus qu'un guérisseur, il apporte en même temps un message d'espérance pour ces gens rejetés, tous sont aimés de Dieu malgré leurs misères.

On pourrait penser que les gens seraient émerveillés du prodige que Jésus venait d'accomplir. Mais non, ils en demandent encore !

Pourquoi donc ? C'est parce qu'ils n'ont pas vu comment le phénomène s'est déroulé. Ils n'ont pas vu que ce repas collectif est parti de seulement cinq pains et deux poissons. Comme les gens qui ont bénéficiés de la multiplication des pains, nous demandons souvent des guérisons, des interventions de Dieu dans les événements, et nous ne voyons pas tous les bienfaits dont nous profitons.

Un grand bienfait dont nous profitons, c'est sa Parole, pour les gens qui l'écoutent, elle est nourriture, cette Parole nourrit notre espérance, nous amène à mieux vivre en harmonie avec nous-même et avec les autres. Jésus est la Parole de Dieu. Celui qui écoute ma Parole et la met en pratique, il sera sauvé.

La multiplication des pains était une annonce de l'Eucharistie. C'est un autre grand bienfait que Jésus nous a laissé et dont nous profitons. Elle est une nourriture spirituelle pour ceux qui croient. Je suis le pain de vie, celui qui croit en moi, et qui mange ma chair et boit mon sang ne périra pas.

Pour ceux qui ne croient pas, croire en Jésus reste banal voir même offensant, comme pour les juifs qui ont condamné Étienne. Mais pour un chrétien croyant, Jésus est le Pain de vie. Et ce pain de vie comprend deux volets, le pain de la Parole et le pain de l'Eucharistie. Ces deux volets sont complémentaires et intimement liés. Jésus accompagnait toujours ses gestes d'une parole pour faire grandir, pour aller plus loin.

Pour aller plus loin, sur la route qui nous mène vers le Père, redisons cette prière que Jésus nous a apprise.

Notre Père

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, donne-nous la paix.

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

COMMUNION (Cassette : Musique)

" Mon Dieu, je te rends grâce pour ton pain de la Parole qui nous a nourris ce matin.
" Mon Dieu, je te rends grâce pour ton pain de l'Eucharistie qui nous a rapprochés de toi.
" Mon Dieu, je te rends grâce pour tous les bienfaits dont nous jouissons et dont nous ne nous rendons pas compte qu'ils viennent de ta grande bonté.

Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

Célébration préparée par : Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi le 19 mars 2008
Isaïe 50, 4-9a - 18,1 Psaume 68 (69) Matthieu 26, 14-25

Bonjour,

Nous sommes au cœur de la Semaine Sainte, le Mercredi Saint. C'est aujourd'hui que l'on se rappelle la triste histoire de l'un de ceux qui fut Apôtre de Jésus le Christ : Judas.
Judas le traître qui amena les soldats dans le jardin où Jésus priait pour le faire arrêter.
Pourquoi l'Église se souvient-elle de cet évènement?
C'est pour que nous prenions conscience que nous pouvons tous nous comporter comme Judas. Nous pouvons imaginer les conséquences négatives que cela peut induire dans nos vies, dans nos familles….

Judas n'a pas cru en la miséricorde et a choisi la mort. Demandons-nous ce matin : " Moi, est-ce que crois en la miséricorde de Dieu, est-ce que je choisi la vie ? "

Accueillons ensemble celui qui nous aime

SIGNE DE LA CROIX

Au cœur de cette Semaine Sainte, accueillons la miséricorde du Dieu d'amour et implorons son pardon. ( Silence)
Seigneur Jésus, le visage de tant d'enfants est bafoué, couvert de crachats; prends pitié de nous

Ô Christ, nous n'avons pas secouru les pauvres qu'on bat et qu'on abat; prends pitié de nous.
Seigneur, des femmes et des hommes sont emprisonnés injustement et abandonnés à leur malheur ; prends pitié de nous.
Que Dieu Père de grande bonté, n'oublie aucun de ses enfants empêtrés dans les filets du péché et de la mort. Qu'il fasse briller sur nous la lumière de sa miséricorde. Qu'il accorde au monde le salut et la paix par la croix de son serviteur outragé, Jésus Christ, lui qui vit et règne avec l'Esprit, pour les siècles des siècles.

Les psaumes, ces cantiques inspirés par Dieu était la prière du peuple élu, est devenue celle de Jésus, qui s'en inspirait pour parler à son Père, pour trouver la force de choisir le pardon là où on demandait la punition.

R/ Dans ton grand amour, mon Dieu, fais-moi grâce

ACCLAMATION

Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire! Salut, ô Christ notre Roi : obéissant au Père, comme l'agneau vers l'abattoir tu te laisses conduire à la croix. Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire!

ÉVANGILE DE JÉSUS CHRIST SELON SAINT MATTHIEU (26, 14-25)

En regardant les siens attablés autour de lui, Jésus n'arrive plus à se contenir et finit par révéler l'inexprimable ; l'un de ceux qu'il chérit tant est sur le point de le livrer. Devant l'interrogation de tous et voyant l'insistance de Judas, il affirme clairement que celui-ci le trahira.

Qu'est-il arrivé à Judas pour qu'il ne puisse se raviser à temps?
Pourquoi, malgré les interpellations de nos sœurs et frères, fonçons-nous parfois nous aussi et commettons-nous des actes répréhensibles ?
Il semble que ce soit le lot de la faiblesse humaine.
Comme Judas, chacun, chacune de nous vit des moments où les ténèbres dominent sur la lumière de la vérité. Personne ne peut dire qu'il est sans péché ou qu'il n'a jamais cédé au mensonge ou à une forme ou l'autre d'aveuglement.
Mettons notre espérance dans la Parole d'Isaïe, dont le nom signifie " le Seigneur sauve " , qui nous proclame aujourd'hui même, que le Seigneur Dieu prend notre défense, qu'il ne nous condamne pas.

LECTURE DU LIVRE D'ISAÏE

Et si nous espérions que nous aurons aussi part, par la foi et par la grâce du repentir, à la lumineuse résurrection du Christ sur le mal qui nous envahit?
L'Évangile d'aujourd'hui nous invite à poser un regard sur nous-mêmes. Pas tout seul, mais avec la présence aimante de Dieu
Dans un cœur à cœur avec son fils Jésus Ressuscité, demandons-lui de nous donner la force de s'aimer, de nous donner la force pardon vis-à-vis nous -mêmes, vis-à-vis les autres.
Prenons le temps d'accueillir sa miséricorde, Lui l'Esprit de vérité, d'amour qui illumine nos ténèbres.

L'Esprit saint nous ouvre à la Parole guérissante, apaisante, réconfortante de Dieu. Nous y avons entendu les mots pour prier le Père qui écoute les humbles et n'oublie pas les siens. Avec et pour toutes les personnes persécutées, osons dire :

NOTRE PÈRE

Jésus le Christ a mis sa confiance en Dieu. Il est le Sauveur qu'on a outragé, trahi, vendu comme un esclave. Il est l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri….

COMMUNION

Seigneur notre Dieu, accorde-nous de croire vraiment que par la mort de ton Fils, annoncée dans chaque eucharistie, tu nous as donné la vie éternelle.
Merci Jésus, toi qui a appris à être bon et à aimer auprès de Marie et de Joseph dont c'est la fête aujourd'hui.

L'Écriture sainte, nous dit que Joseph était un homme juste, un homme droit. Il était ajusté à Dieu. Jésus a appris d'eux la prière, le service des autres, la compassion et la miséricorde.

ENVOI
Prions saint Joseph afin de parvenir comme il l'a fait lui-même à ajuster notre volonté à celle de Dieu, afin que notre foi soit forte et lumineuse comme la sienne.

Bonne journée dans la paix de votre cœur
Cécile P Prince
Unité Notre-Dame des Familles


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mardi 26 février 2008
Lecture du livre de Daniel (3,25.34-43) Psaume 24(25) Évangile selon Saint Mathieu (18,21-35)

Au nom du Père, du fils et du St-Esprit. †

Bonjour et bienvenue à cette rencontre sur la Parole de Dieu.
Demandons au Seigneur la grâce d'accueillir cette Parole en nos coeurs.
Offrons notre rencontre pour les malades et à nos intentions personnelles.

La semaine dernière , j'ai accompagné quelqu'un qui était hospitalisé pour une petite opération. Je me suis retrouvée avec une dame qui accompagnait son mari. Une personne comme vous en connaissez sans doute avec qui on se sent bien. Elle avait une bonne parole pour les personnes qui venaient dans la chambre pour des soins ou des visites. Puis je me suis dit en me préparant pour cette rencontre que nous nous rassemblons pour rencontrer Dieu qui lui, n'est qu'amour et bonté.

Tournons-nous vers notre Dieu pour demander la grâce de son pardon.

" Seigneur Jésus, par ta vie, tu nous enseignes l'amour du Père. Ouvre nos cœurs et prends pitié de nous.

" Ô Christ, tu nous appelles à te suivre sans cesse car tu es le chemin vers le Père. Ouvre nos cœurs et prends pitié de nous.

" Seigneur, par ta mort et ta résurrection, tu fais de nous les enfants d'un même Père. Ouvre nos cœurs et prends pitié de nous.

La première lecture de ce matin est tirée du livre Daniel et se situe vers l'an 600 avant Jésus-Christ. Le prophète Daniel nous parle de l'abondante miséricorde du Seigneur à travers Azarias plein de confiance en la Parole de Dieu.

Lecture du livre de Daniel (3,25.34-43)
Dans ce texte où Azarias met sa confiance dans la miséricorde du Seigneur, une phrase attire particulièrement mon attention : " Et maintenant, de tout notre cœur nous te suivons. " C'est une parole qui invite pendant ce temps de carême à nous mettre en marche vers la lumière de Pâques.

Prions avec confiance ce Dieu miséricordieux, fidèle à son alliance avec le psaume qui nous vient du roi David.

Lecture du psaume 24(25)
R Souviens-toi, Seigneur, de ton amour.

Acclamation à l'Évangile.

Gloire à toi, Seigneur, honneur, puissance et majesté! " Maintenant, dit le Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur : je ne suis qu'amour et bonté. " Gloire à toi, Seigneur, honneur, puissance et majesté!

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (18,21-35)

Dans ce récit, Jésus répond à Pierre par une parabole. On sait qu'une parabole est une histoire inventée pour aider à comprendre un message.

Pierre connaît la difficulté de pardonner. Et il présente à Jésus son objection : Allons-nous, sous prétexte de pardon, laisser l'autre nous marcher sur les pieds jusqu'à sept fois? Il faut bien établir des limites… Nous aussi, nous savons que du ressentiment existe parfois entre les membres d'une même famille, d'une même association, d'un même service dans l'Église…

La parabole utilisée par Jésus est celle de la remise d'une dette. Une somme énorme et une petite somme pour montrer qu'il n'y a pas de mesure dans le pardon. Pardonner c'est vouloir le bien de l'autre et la mesure de l'amour est sans mesure.

Dans la parabole, le serviteur demande du temps à son maître. Il sait que le temps jouera en sa faveur. Son maître pourra oublier. Nous avons tous entendu dire : Un tel m'a fait mal, je ne pourrai jamais lui pardonner… Pourtant, Jésus a répondu à Pierre de pardonner soixante-dix fois sept fois, ce qui veut dire : tout le temps. Le seul moyen pour arriver à pardonner vraiment, c'est de laisser le temps agir sur notre esprit, notre âme, sur notre être. Avec le temps et la grâce de Dieu, Jésus nous dit que pouvons pardonner.

Nous savons que Dieu veut oublier nos offenses. Elles sont déjà pardonnées. N'a-t-il pas pardonné au bon larron sur la croix, à Pierre qui dira à la passion "Je ne connais pas cet homme", à Paul le persécuteur de l'Église. Par-donner, pour nous, les humains c'est donner par-dessus nos capacités, mais avec Dieu, cela devient possible.

Cette parabole nous invite à réfléchir sur la situation de celui qui doit de l'argent, qui est esclave et à qui le maître fait grâce. Il est remis dans son état d'être libre. C'est le mystère de la grâce, l'oeuvre de Dieu qui rend libre celui qui accueille son pardon. Il y a une continuité entre accueillir le pardon et donner le pardon. Quand nous pardonnons, nous devenons témoin du pardon de Dieu, lui qui pardonne à tout être humain et nous invite au pardon.

Quand on y pense, on est chanceux d'avoir un Dieu qui n'est qu'amour et bonté. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle " le Bon Dieu ".

Disons ensemble notre prière d'enfant de Dieu.
Notre Père …

Seigneur, nous acceptons ton invitation de nous approcher de ta table, et nous te demandons de ne regarder non pas nos faiblesses mais notre désir de Toi.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

COMMUNION (Cassette : Rien Jamais)

" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour cette Parole que tu nous as adressée ce matin et qui nous rejoint chacun, personnellement.
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour la chance que tu nous accordes de pouvoir partager ton Pain.
" Seigneur Jésus, nous te rendons grâce pour la paix que tu nous donnes au fond de notre cœur et que tu nous invites à partager avec tous ceux que nous rencontrerons aujourd'hui, bénis nous,

Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi le 23 janvier 2008
1 Samuel 17, 32-33.37.40-51 Psaume 143 (144) Marc 3, 1-6

Bonjour et bienvenue à cette Célébration de la Parole,

Comme moi, vous vous êtes sûrement déjà émerveiller devant un enfant. Durant les fêtes, mon petit-fils m'a émerveillé. Avec ses petites mains de 8 mois, quand il attrapait quelque chose, il le tenait si fort, que ses jointures en devenaient blanches. Et il n'était pas question de lui enlever parce que là, il serrait encore plus fort. Quelle force il a ce petit enfant de Dieu. Je comprends maintenant pourquoi Dieu choisit les petits. Ce sont les plus fort.

Dieu nous regarde comme des petits enfants quel que soit notre âge. Ce matin, ouvrons nos cœurs et nos bras à ce Père qui nous a créé à son image.

SIGNE DE LA CROIX

En ce début de célébration, nous prenons conscience que Dieu, Père, désire notre épanouissement en tant que filles et fils bien-aimés. Avec confiance, accueillons sa miséricorde. (Silence)
Seigneur, accorde-nous ton pardon. Nous avons péché contre toi. Montre-nous ta miséricorde et nous serons sauvés.
Que Dieu tout puissant, proche des faibles et des opprimés, nous fasse miséricorde, qu'il nous garde dans sa paix et qu'il nous conduise à la vie éternelle. Amen

Dieu se sert d'un instrument bien petit, un jeune garçon, pour donner la victoire à son peuple contre les Phillistins. Avec une simple fronde et un caillou, David frappe le géant Goliath puis le met à mort.

LECTURE DU LIVRE DE SAMUEL

Le roi David composé ce psaume pour le temps où il était dans l'obligation de lutter, de faire face à des ennemis où il avait peur. C'est cette prière que Pierre a dite avant de partir pour le mont des Oliviers.

Ce psaume nous permet d'offrir à Dieu notre côté sombre, triste, ce côté qui fait partie de tout être humain et que l'on tente de se cacher continuellement.

R/ Béni sois-tu, Seigneur
Mon rocher

Alléluia. Alléluia. Jésus proclamait la Bonne nouvelle et guérissait son peuple de toute maladie. Alléluia.

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MARC

La loi, c'et la loi disait Séraphin à la télévision. Il se foutait des conséquences que cela entraînait chez les colons du temps. Il suivait la loi à la lettre.Pas de chances à personne. Son cœur était dur, comme celui des pharisiens qui cherchaient à faire périr Jésus.

Dans l'évangile d'aujourd'hui, Jésus, le Vivant, démontre qu'il vient pour que nous ayons la vie en abondance. Il ne veut pas démontrer qu'il est au-dessus des Lois, mais il vient sauver ce qui était perdu, même au détriment de la Loi.

En posant cette question à ceux qui l'observent; " Est-il permis le jour du sabbat de faire le bien, ou de faire le mal? De sauver une vie ou de tuer? " Jésus veut faire réfléchir, mais avant tout veut nous faire prendre conscience qu'il vient pour le salut de toute personne, n'importe quand; la semaine ou le dimanche, selon le besoin.

Mais les pharisiens ne l'entendent pas de cette façon. Leur argument contre Jésus, est celui-ci : " la Loi, c'est la Loi ". Aveuglés par leur entêtement, ils n'ont jamais pensé aux conséquences négatives d'une loi mal comprise, mal appliquée, ils ne discernent pas que le Christ est là, au milieu d'eux, pour donner la vie.

La guérison extérieure qu'il procure est signe d'une guérison bien plus importante, intérieure, celle de l'âme. Au contact de Jésus le cœur est illuminé, restauré.

Prenons un peu de temps personnel, et posons-nous la question ;

Comment est mon cœur face à Dieu ?

Unis à Jésus le Christ Vivant, disons ensemble cette prière qu'il nous a enseignée ;

NOTRE PÈRE

Seigneur Jésus, tu es parole de lumière qui éclaire nos actions, tu es notre berger. Avec toi on ne manque de rien. Tu es l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri….

COMMUNION

ENVOI

En cette semaine de prière pour l'unité de chrétiens; disons ensemble cette prière pour l'unité des chrétiens dans le Prions mensuel à la page 132.

Bonne journée à tous
Cécile Pinard Prince



CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mardi 22 janvier 2008
1 Samuel 16, 1-13 Psaume 88 (89) Marc 2, 23-28

Bienvenue à cette célébration de la Parole de Dieu. Ensemble, traçons sur nous le signe qui rassemble les chrétiens. †

Jésus nous demande de nous convertir pour entrer dans le royaume des cieux. Mettons-nous en sa présence et considérons dans notre vie tout ce qui n'est pas ajusté à sa volonté. Implorons sa miséricorde avec confiance et humilité.

" Seigneur Jésus nous évitons quelques fois de rendre service pour éviter d'être critiqué, Seigneur prends pitié de nous.
" Seigneur Jésus nous jugeons sévèrement les personnes qui prennent des responsabilités dans notre société, Seigneur prends pitié de nous.
" Seigneur Jésus, toi qui regardes au fond de notre coeur, voit nos faiblesses et prends pitié de nous.

Que le Dieu tout-puissant et miséricordieux, nous pardonne nos fautes et nous conduise à la vie éternelle.

Aujourd'hui le Seigneur nous interpelle à regarder avec le cœur, c'est-à-dire avec bonté et compassion les personnes qui nous entourent. Le prophète Samuel est appelé à discerner le choix d'un nouveau roi en regardant plus loin que les apparences.

Lecture du premier livre de Samuel (16,1-13)(Lecture du Prions)

Au début du récit, nous voyons que Samuel a peur devant la mission qu'il a à accomplir. Il sait que le roi actuel, Saül, n'est plus un bon roi et que c'est son devoir de le dénoncer et de lui chercher un remplaçant. Mais comment faire sans être dans l'illégalité, comment faire sans attirer la colère de celui qui a l'autorité, comment remplir une mission qui est juste mais qui n'est pas tout à fait légale.

Nous sommes parfois inventifs à trouver des prétextes pour nous soustraire à une invitation ou une activité. Sommes-nous aussi inventifs dans notre mission de chrétien pour annoncer l'Évangile ? Samuel se sert de ruse et de finesse pour éviter les obstacles de sa mission, il dit qu'il va offrir un sacrifice pour rendre grâce à Dieu comme prétexte à sa démarche et éviter des ennuis.

Samuel avait pour mission de choisir un successeur au roi parmi les fils de Jessé. Il le fit en offrant un sacrifice, dans la prière, en demandant à Dieu de l'accompagner et l'assister pour ce choix important.
Au premier coup d'œil, en voyant le fils aîné, il se dit c'est sûrement lui, il est grand et fort il fera un bon roi. Mais le Seigneur lui dit "Toi tu regardes l'apparence, moi je regarde au fond du cœur. Ce n'est pas lui que je choisis".

Lorsque le 2e fils lui est présenté, il se dit "C'est sûrement lui, c'est un guerrier, il saura défendre son peuple" mais le Seigneur lui dit "Toi tu regardes l'apparence, moi je regarde au fond du cœur. Ce n'est pas lui que je choisis".

Quand il vit le 3e, jus qu'au 7e et dernier, même réponse : "Toi tu regardes l'apparence, moi je regarde au fond du cœur. Ce n'est pas lui que je choisis".

Samuel apprend à discerner selon le cœur. "N'as-tu pas d'autres fils", demande-t-il à Jessé ? Et c'est le plus jeune, le plus petit, le plus faible en apparence que Dieu choisit, celui qu'on ne soupçonnait même pas et il en fera le plus grand roi du peuple d'Israël.

Samuel s'est senti bien petit devant la mission qu'il avait à accomplir. Et c'est après avoir prié qu'il a osé avec habilité entreprendre sa démarche. On peut voir que c'est Dieu qui a agit à travers lui.

Psaume 88 (89) (Lecture dans le Prions)
R Gloire à Dieu pour David son serviteur !

Alléluia ! Alléluia ! L'Esprit du Dieu vivant donne la vie : là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. Alléluia !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (2, 23-28) (Lecture dans le Prions)

Dans cet Évangile, on peut voir la bienveillance de Jésus. On sait que les pharisiens sont des gens centrés sur l'observance de la loi enseignée dans les Écritures. Jésus, lui, regarde le besoin de ses disciples et se centre sur l'essentiel c'est-à-dire sur l'Esprit de la loi. Jésus ne va pas contre la loi, mais il la veut au service des humains. Par exemple, aujourd'hui la loi dit d'arrêter quand la lumière de circulation est rouge mais une ambulance va passer sur la lumière rouge s'il y a urgence pour le bien d'un malade.

Ici les pharisiens reprochent aux disciples de travailler le jour du sabbat en arrachant des épis pour calmer leur faim. On sait que le sabbat était considéré comme le dimanche aujourd'hui et arracher des épis était considéré comme moissonner donc travailler et c'était interdit. Jésus qui connaît le cœur des pharisiens, leur parle d'un événement des Écritures. Il leur parle de cet événement où David devenu roi a mangé avec ses compagnons le pain destiné aux prêtres sans commettre de faute. En permettant à ses disciples de se nourrir, Jésus se montre soucieux d'abord de nourrir ceux qui ont faim.

Jésus en profite pour aller plus loin en leur disant qu'il est le Fils de l'homme ce qui signifie qu'il est Dieu et qu'il est au dessus des lois et qu'il a le pouvoir de les modifier. Il vient ajouter à la loi, en affirmant que l'important est d'abord le bien de l'être humain.

En permettant aux disciples de se nourrir, Jésus prépare un autre signe de sa générosité en nourrissant la foule venue l'écouter longuement. Ces gestes et attitudes de Jésus annoncent à leur façon l'Eucharistie, nourriture avant tout spirituelle. Les quelques épis arrachés et le pain eucharistique peuvent sembler bien modestes. Mais on reconnaît la bienveillance et la générosité divine par d'humbles signes qui nous sont offerts.

L'Eucharistie mystère de notre foi est le pain de notre route. Par ce pain de Vie, Jésus nous apporte les souhaits que nous nous sommes faits au début de l'an : la paix, l'amour et l'élan nécessaire pour affronter les fatigues du voyage. Jésus ne nous laisse pas seuls, il est avec nous.

Prenons un moment pour nous préparer à l'accueillir dans notre vie.

Redisons notre confiance en la Parole de Dieu avec la prière que Jésus nous a appris.

Notre Père …

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, donne-nous la paix et la liberté.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

COMMUNION (Cassette : Musique)

" Mon Dieu, je te rends grâce parce que je sais que tu regardes au fond de mon cœur et que tu vois mon besoin de toi.
" Mon Dieu, je te rends grâce pour ta Parole que nous avons la chance d'entendre et de méditer chaque matin.
" Mon Dieu, je te rends grâce pour ton Pain qui nous nourrit et nous rapproche de toi.

Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau & Réal Bibeau