Célébrations de la Parole


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 8 décembre 2010
Genèse (3, 9-15.20) Psaume 97(98) Luc (1, 26-38)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à chacun et chacune en cette fête de l'Immaculée Conception. Nous sommes rassemblés ce matin au nom de notre foi pour méditer ce mystère qui entoure Marie, cette jeune fille qui devient mère de Dieu. Cette femme qui devient notre mère. Cette sainte au-dessus de tous les saints que nous prions dans le chapelet.

a) Antienne d'ouverture
Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m'a enveloppée du manteau de l'innocence, et m'a fait revêtir les vêtements du salut, comme une épouse parée de ses bijoux.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Prions ce matin pour tous les endeuillés et les malades de notre communauté paroissiale, pour nos pasteurs, nos dirigeants, et tous ceux que nous aimons. Prions aussi pour toutes nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
Marie, celle que l'ange a appelée " Comblée-de-grâce ", a su discerner l'appel de Dieu. Demandons au Seigneur de nous aider à accueillir son amour avec autant d'abandon. Tournons-nous vers lui et implorons sa miséricorde.

- Seigneur Jésus, toi qui as pris chair en Marie, prends pitié de nous.
- Ô Christ ressuscité, toi qui demeures pour toujours avec nous, prends pitié de nous.
- Seigneur, toi notre espérance, prends pitié de nous.

Que le Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde; qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

d) Prions
Seigneur, tu as préparé à ton Fils une demeure digne de lui par la conception immaculée de la Vierge; puisque tu l'as préservée de tout péché par une grâce venant déjà de la mort de ton Fils, accorde-nous, à l'intercession de cette Mère très pure, de parvenir jusqu'à toi purifiés, nous aussi, de tout mal. Par Jésus Christ Notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

La première lecture de ce matin est tirée du livre de la Genèse. Cette lecture nous parle de l'homme qui a désobéi à Dieu, du fruit défendu, de la femme qui se nomme Ève et du serpent.

a) Lecture du livre de la Genèse (3, 9-15.20) (Lecture dans le Prions)

Bien sûr, il n'y avait pas de journaliste à ce moment-là pour nous rapporter ces faits, et la science nous dit que ça ne s'est pas passé exactement comme ça. Ce récit n'est pas à prendre à la lettre, mais est plutôt une allégorie c'est-à-dire une comparaison qui montre l'homme à la recherche de Dieu. La première femme représente l'origine de l'humanité, on l'appelle Ève, " la vivante ", ou la mère des vivants. Il ne faut pas la voir comme une personne distincte mais une évolution de la vie vers l'humanité. Cette évolution intelligente que Dieu a créé, que nous connaissons et dont nous faisons partie.

Les hommes ont toujours été à la recherche du mystère de leur origine, et l'Ancien Testament nous présente l'histoire d'un peuple, le peuple juif à la recherche du mystère de Dieu à travers des erreurs et des repentirs, des malheurs et des espoirs, des prières et des promesses.

Un jour Dieu répondra aux attentes de ceux qui le cherchent, et c'est par Marie que l'on nomme mère du salut qu'il le fait. Marie nous donne son Fils Jésus qui vient lever le voile sur le mystère de Dieu et nous apporter le salut.

Disons maintenant la louange du Seigneur avec Marie et le psaume 97.

b) Lecture du psaume 97 (98) (Lecture dans le Prions)

R. Le Seigneur a fait pour toi des merveilles, Vierge Marie.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Réjouis-toi, Vierge Marie, comblée de grâce : le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre les femmes. Alléluia.

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (1, 26-38) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

J'avais une tante qui venait des États, elle ne venait pas souvent mais lorsqu'elle venait mon père disait " qu'elle parle donc bien ". En fait, elle écoutait surtout bien parce que c'était surtout mon père qui parlait et elle écoutait avec un petit commentaire de temps en temps. On reconnaît quelqu'un d'important lorsqu'on se sent important en sa présence. On reconnaît quelqu'un d'intelligent quand on se sent intelligent en sa présence. On reconnaît quelqu'un de grand quand il est capable de se mettre à notre niveau pour nous rejoindre.

Dieu est si grand, si important, si intelligent qu'il se met à notre portée, qu'il vient rencontrer l'humanité dans la simplicité d'une jeune fille, dans un petit village, dans un petit pays.

Dieu est si grand, qu'il est venu donner de la valeur aux pauvres, aux malades, aux abandonnés, il est venu donner de l'espérance à tous ceux qui l'accueillent.

Dieu a fait de Marie la plus grande des femmes il l'a comblée de grâce parce qu'elle a accueillie en elle Jésus, le Sauveur, le Salut.

Le dogme de l'Immaculée conception a été proclamé par Pie IX en 1854 et n'a pas fait l'unanimité dans l'église. Les protestants n'étaient pas d'accord, même saint Thomas d'Aquin n'était pas d'accord. Mais quelques années après cette proclamation, La Sainte Vierge est apparue à Bernadette Soubirous et s'est identifiée comme " L'Immaculée Conception " comme pour confirmer ce dogme.

Ce dogme dit que Marie a été conçue sans péché. Conçue sans péché veut dire que dès sa conception, Dieu l'a choisie et protégée de la tendance au mal que l'on appelle le péché originel.

D'après mes recherches, Joachin et Anne, les parents de Marie, ne pouvaient pas avoir d'enfants et un jour un ange est venu leur annoncer la naissance de Marie.

Si nous voulons être grands aux yeux de Dieu, si nous voulons être comblés de grâce, comme Marie, nous devons accueillir le Christ à la manière de Marie.

Demandons à Marie, celle qui a toujours appuyé son Fils même dans ses projets les plus difficiles de raffermir notre foi et de choisir Jésus. Marie est la sainte la plus proche de Dieu, prions-la avec confiance.

f) prions
Nous célébrons les merveilles que le Seigneur a faites pour la Vierge Marie : par elle nous est venu le Soleil de justice, le Christ, notre Dieu.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition
Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

Unissons-nous à Marie pour prier Jésus.
"Ô Marie, toi qui a dit oui à l'appel de Dieu, et qui a été jusqu'au bout de ton projet d'amour, aides-nous à persévérer dans notre foi."
"Ô Marie, toi qui a consacrée ta vie à Jésus, merci de nos guider pour choisir ce qui est bon pour nous."
"Ô Marie, toi qui a connu la souffrance dans ton cœur face aux rejets de ton Fils, guérit nos cœurs de toutes les souffrances et les blessures que nous avons vécu."
"Ô Marie, toi l'Immaculée Conception, montre-nous ta beauté et protège-nous de tout mal.

Souvenons-nous que rien n'est impossible à Dieu. Gardons confiance, Dieu donne sa grâce gratuitement et en abondance à ceux qui lui font confiance.

IV Conclusion

a)Bénédiction
Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi
Allons dans la paix et l'amour du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par : Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 20 octobre 2010
Éphésiens (3, 2-12) Cantique (Isaïe 12, 2, 4b-5a, 5b-6) Luc (12, 39-48)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à notre rencontre. Aujourd'hui, nous sommes invités à faire grandir notre amitié avec Jésus-Christ. En ce mois du rosaire, demandons à Marie de nous accompagner dans cette expérience avec Jésus. Prions aussi avec St-André.

a)Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. †

b) Antienne d'ouverture (dans le Prions en Église)
Ne m'abandonne pas, Seigneur, mon Dieu, ne reste pas loin de moi. Hâte-toi de venir à mon aide, toi, ma force et mon salut.

c) Demandons la miséricorde à Dieu.

Le cœur de Dieu est grand comme le monde, sa miséricorde est infinie.
Plaçons-nous devant lui en toute vérité. (silence)

Quand nous croyons nos péchés plus grands que la miséricorde de ton Père, Seigneur Jésus, prends pitié de nous.

Quand nous croyons nos haines plus fortes que ton amour, ô Christ, prends pitié de nous.

Quand nous croyons nos divisions plus durables que l'action de l'Esprit, Seigneur prends pitié de nous.

Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu'il nous montre sa bienveillance et nous conduise à la vie éternelle.

d) Prions
Prions encore. Seigneur toi qui nous aimes et qui connais nos cœurs plus que nous-même, donne à chacun selon ses besoins. Prends soin de ceux qui souffrent. Protège nos familles, donne-leur le courage, la paix et la joie. Prions aussi pour nos intentions personnelles…

Dans le Prions en Église

Dieu de puissance et de miséricorde, c'est ta grâce qui donne à tes fidèles de pouvoir dignement te servir; accorde-nous de progresser sans que rien nous arrête vers les biens que tu promets. Par Jésus-Christ … Amen


II Liturgie de la Parole

Nous allons écouter maintenant la première lecture dans laquelle l'apôtre Paul nous parle du " mystère de Dieu ". On pensait jusque là que le salut était réservé aux juifs. Mais cette lettre de Paul montre que les non-juifs, les païens comme on les appelait , ont droit aussi au même héritage.

En effet, ce qui avait été annoncé par Abraham et les prophètes se réalise en Jésus. Paul reçoit la mission de mettre en lumière ce qui avait été caché aux générations passées.

Il annonce encore que la grâce de Dieu est toujours première et gratuite. Elle fait découvrir les richesses d'amour et de miséricorde pour les humains.

Par le chemin de la foi, tous peuvent s'approcher de Dieu. En fin de semaine, la canonisation du frère André nous montre l'oratoire St-Joseph comme un lieu qui accueille toutes les personnes.

a) Lecture de la lettre de Saint Paul apôtre aux Éphésiens (3, 2-12)

b) Lecture du Cantique (Isaïe 12, 2, 4b-5a, 5b-6)

Le psaume du jour exprime la reconnaissance d'un affligé que Dieu a secouru et délivré. Il chante la gloire de Dieu.

Exultant de joie,
Vous puiserez les eaux
Aux sources du salut!

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia.
Heureux celui qui veille dans la prière : il sera jugé digne de paraître debout devant le Fils de l'homme.
Alléluia.

d) Lecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc. (12, 39-48)

Commentaire

Dans la première partie du récit, Jésus fait un enseignement à travers une parabole, une histoire On pourrait expliquer cette première parabole en disant que le maître qui ne laisserait pas percer le mûr de sa maison représente chacun de nous qui sommes responsable de notre propre maison, c'est-à-dire de nous-même, de notre " âme ".

Nous sommes en attente de quelqu'un qui doit venir. Pendant ce temps, nous sommes libres de choisir notre conduite. La personne que nous attendons n'est pas un voleur. C'est le Seigneur qui veut nous rassembler dans l'amour maintenant, à la fin de notre vie et pour toute l'éternité.

Lorsque Pierre questionne Jésus pour savoir à qui s'adresse cette parabole, Jésus répond par une autre parabole, une autre histoire. Il en profite pour parler de responsabilité a travers le personnage de l'intendant.
Ce dernier peut avoir deux attitudes différentes.

Dans le premier cas, l'intendant est fidèle, bon et prudent. Il cherche à répondre aux désirs de son maître en s'ajustant aux diverses circonstances. Il agit en se demandant que ferait mon maître s'il était à ma place?

Dans le deuxième cas, l'intendant n'est pas un bon serviteur mais il profite de sa situation pour servir ses propres intérêts.

Jésus veut montrer que chacun s'occupe non seulement de sa maison, " de son âme " mais aussi de ceux qui l'entourent.. Nous avons à des degrés différents, la responsabilité de " nourrir " ceux qui ont faim (faim de pardon, de joie, d'accueil…)

Celui qui choisit ce comportement sera un serviteur fidèle, heureux et récompensé. St-Paul dans la lecture précédente a été ce serviteur de Dieu en donnant la nourriture de la foi qu'il a reçu. Dans la mesure de ce que l'on a reçu, Dieu attend de nous.

Il nous invite aujourd'hui à être plus conscient de sa présence qui nous accompagne. Son absence ou son " silence " ne sont qu'apparents. Sa grâce est présente pour ceux qui mènent leur vie en sa présence. Heureux ce serviteur car il sera comblé.

Quand notre patience est mise à l'épreuve, nous pouvons nous arrêter et nous poser la question : " Comment le Seigneur se comporterait-il dans cette situation? "

Liturgie de la Communion

a) Antienne de la communion

Disons ensemble l'Antienne de la Communion.

"Tu m'as montré, Seigneur, la route de la vie, tu m'as rempli de joie par ta présence."

(rassemblement pour la communion)

b) Monition
Avec nos différences, mais unis par adoption pour former la famille de Dieu, disons ensemble : Notre Père.

c)Notre Père

d) Communion

Seigneur Jésus , tu viens nourrir notre relation avec Toi. Tu es notre ami.
Heureux les invités au repas du Seigneur.
Voici l'Agneau de Dieu. Il enlève le péché du monde,
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

e) Prière d'action de grâce

Merci Seigneur d'être notre compagnon fidèle.

Merci Seigneur de rendre tes serviteurs heureux.

Merci Seigneur pour le don de la foi.

IV Conclusion

a) Bénédiction

Demandons ensemble au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ. Soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par : Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 15 septembre 2010
Hébreux (5, 7-9) Psaume 30(31) Luc (2, 33-35)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à chacun et chacune. Nous sommes rassemblés ce matin au nom de notre foi parce que nous croyons en Dieu, ce Dieu qui veut se faire proche de nous, ce Dieu qui vient nous visiter et écouter nos prières.

a) Antienne d'ouverture
Le vieillard Syméon dit à la Vierge Marie : " Vois : ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division, et toi-même, ton coeur sera transpercé comme par une épée. "

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Prions ce matin pour tous les membres de notre communauté paroissiale, pour nos pasteurs, nos dirigeants, et tous ceux que nous aimons. Prions aussi pour toutes nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.

Malgré la douleur, Marie est demeurée auprès de son fils. Avec confiance, tournons-nous à notre tour vers le Seigneur.
Je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant mes frères, que j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission; oui, j'ai vraiment péché. C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi, mes frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
Que le Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde; qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

d) Prions
Tu as voulu, Seigneur, que la Mère de ton Fils, debout près de la croix, fût associée à ses souffrances; accorde à ton Église de s'unir, elle aussi, à la passion du Christ, afin d'avoir part à sa résurrection. Lui qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

La lettre aux Hébreux dont nous lirons un passage aujourd'hui est une homélie adressée aux juifs convertis de Jérusalem. Ces juifs ont la nostalgie du temps des sacrifices et des cérémonies au temple. Ils ont connus des prêtres et des lévites qui se tenaient près de Dieu dans le temple et qui demeuraient à l'écart loin du monde.
Ils ont peine à croire que Jésus est le Grand Prêtre, lui qui se tenait près des pauvres, des malades et des gens ordinaires et qui critiquait même les chefs religieux de son temps.
L'auteur tente d'expliquer que Jésus par son obéissance, ses souffrances et sa Passion est le seul vrai Grand Prêtre, car il s'est offert lui-même en sacrifice.

a) Lecture de la lettre aux Hébreux (5, 7-9) (Lecture dans le Prions)

Comme les Hébreux de la première Église, il nous arrive aussi parfois de regretter le temps des grandes cérémonies, des grandes parades, où tout le ponde participait, nous hésitons à suivre le chemin de cette nouvelle Église qui ne semble pas savoir trop où elle s'en va. Demandons à l'Esprit Saint d'éclairer le chemin qui nous mène à Jésus et qu'il mette sur notre route des personnes pour nous guider.

Prions maintenant dans la foi avec le psaume 30, prière de supplication.

b) Lecture du psaume 30 (31) (Lecture dans le Prions)

R. Sauve-moi, mon Dieu, dans ton amour.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Bienheureuse Vierge Marie ! Près de la croix du Seigneur, sans connaître la mort elle a mérité la gloire du martyre. Alléluia.

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (2, 33-35) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Marie et Joseph observent scrupuleusement la loi de Moise. Depuis la délivrance de l'esclavage de l'Égypte, où Dieu avait préservé de la mort les premiers nés mâles des Hébreux, alors qu'il avait fait mourir ceux des Égyptiens, les garçons premiers nés étaient consacrés à Dieu. Pour racheter ces garçons, les parents devaient offrir un sacrifice. Marie et Joseph viennent offrir en sacrifice un couple de tourterelles, soit ce qui est prescrit pour une famille pauvre.

Syméon était habitué de proclamer des prières de louanges et de bénédictions en accueillant les gens avec leurs bébés, mais cette fois-ci, inspiré par l'Esprit, ses paroles sont troublantes pour Marie et Joseph.

Il souhaite du bien à la sainte famille mais en même temps, il prédit à Marie qu'elle souffrira du fait que son fils sera incompris et rejeté, on ira même jusqu'à le tuer. Il s'adresse à Marie, parce que Joseph plus vieux que Marie, sera déjà décédé lors de la vie publique de Jésus.

Il faut avoir des enfants pour comprendre comment des parents peuvent souffrir de voir leurs enfants vivre des difficultés.

Jésus sera controversé et source de division, parce que devant lui, il faudra se brancher, être avec lui, écouter sa Parole et le suivre, ou, prendre un autre chemin.
On ne peut pas en même temps suivre deux maîtres, surtout si ces deux maîtres ont des enseignements qui s'opposent.

Jésus nous propose de le suivre, mais il nous laisse libre de choisir notre chemin. Si nous le choisissons, il sera alors un chemin d'unité et nous promet la joie éternelle.

Demandons à Marie, celle qui a toujours appuyé son Fils Jésus même dans ses projets les plus difficiles, même dans la souffrance, de raffermir notre foi et de choisir Jésus même quand c'est difficile.

f) prions
Si vous avez part aux souffrances du Christ, réjouissez-vous : lorsque se manifestera sa gloire, cette joie ne connaîtra plus de limites.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition
Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

Unissons-nous à Marie, pour prier Jésus.

"Ô Marie, toi qui a dit oui à l'appel de Dieu, et qui a été jusqu'au bout de ton projet d'amour, aides-nous à persévérer dans notre foi."
"Ô Marie, toi qui a consacrée ta vie à Jésus, merci de nos guider pour choisir ce qui est bon pour nous."
"Ô Marie, toi qui a connu la souffrance dans ton cœur face aux rejets de ton Fils, guérit nos cœurs de toutes les souffrances et les blessures que nous avons vécu."

IV Conclusion

a)Bénédiction
Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi
Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par : Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 18 août 2010

Lecture du livre de d'Ézékiel (34, 1-11)
Psaume 22 (23)
Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (20, 1-16)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture (dans le Prions en Église)
Le Seigneur est la force de son peuple, le protecteur et le Sauveur de ses fidèles. Sauve-nous, Seigneur, veille sur nous, conduis-nous toujours.

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue en ce troisième mercredi du mois d'août par un temps magnifique.
Aujourd'hui nous verrons que le Seigneur veut nous associer à son œuvre de salut. La venue du Royaume passe aussi par nous aujourd'hui.

c) Demandons la miséricorde à Dieu.

Au début de cette célébration, tournons-nous vers le Seigneur et laissons son regard se poser sur nous. Il nous accueille sans réserve. Disons-lui ce qui nous réjouit, ce qui nous peine, notre préoccupation de ce matin.
Implorons sa miséricorde pour toutes les fois où nous avons manqué à son appel. (silence)
Seigneur, accorde-nous ton pardon. Nous avons péché contre toi. Montre-nous ta miséricorde. Et nous serons sauvés. Que le Dieu tout-puissant nous pardonne.

d) Prions (dans le prions en Église)

Prions encore.
Fais-nous vivre à tout moment, Seigneur, dans l'amour et le respect de ton saint nom, toi qui ne cesses jamais de guider ceux que tu enracines solidement dans ton amour. Par Jésus-Christ notre Sauveur. Amen.

II Liturgie de la Parole

Dans la première lecture, on retrouve le prophète Ézékiel vers l'an 600 avant Jésus-Christ lors de la déportation de Jérusalem. Le peuple choisi est dispersé sans berger pour prendre soin de lui. On voit une opposition avec la parabole du bon berger qui se met à la recherche de la brebis égarée. Mais on voit aussi que le Seigneur Dieu intervient car il veille toujours.

a) Lecture du livre d'Ézékiel (34, 1-11)

b) Psaume 22(23)

Le psaume du jour nous parle de la confiance de David envers Dieu. Dieu est plein de bonté et de tendresse pour lui.

Nous répondrons : Le seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

Lecture du psaume

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. (Ps 144,13.17) Le Seigneur est vrai en tout ce qu'il dit, il est juste en toutes ses voies, fidèle en tout ce qu'il fait. Alléluia.

d) Lecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (20, 1-16)

Commentaire

Voilà une parabole, une histoire. Jésus s'en servait pour éveiller, pour sensibiliser, pour faire découvrir les forces qui nous aident ou celles qui nous empêchent de vivre. Mettons-nous à la recherche de ce qu'il veut nous faire comprendre aujourd'hui.

Quel est ce Royaume dont il est question?
Jésus parle du Royaume de Dieu qui n'est pas seulement pour le temps après la mort mais aussi ce temps qui nous est donné ici-bas.
Dans la parabole une journée de travail représente le temps d'une vie.
Et Dieu nous invite tous à œuvrer dans son Royaume: quels que soit le moment de notre vie ou l'âge que nous avons. Dieu ne fait pas de différence.

On peut se demander : pourquoi certains ont été appelés si tard, ils auraient pu accomplir plus de travail? En fait le maître de la vigne aurait bien voulu les appeler plus tôt, mais les ouvriers n'étaient pas là, ils étaient ailleurs, peut-être cherchaient-ils ailleurs. Il nous arrive aussi d'être ailleurs, pas disponible. Peu importe le moment où Dieu nous trouve, l'essentiel est d'avoir accepté de s'engager pour sa vigne.

Le soir venu, le maître de la vigne commence par payer les derniers : ce sont probablement ceux qui sont le plus dans le besoin parce qu'ils ne travaillent pas souvent, pas longtemps. Ils reçoivent tous le même salaire.
Que faut-il comprendre?
Dieu n'est pas un maître ordinaire. Il ne nous récompense pas selon notre travail et nos efforts, mais selon sa bonté. L'amour de Dieu ne se fractionne pas selon les mérites. Comme parents, nous aimons nos enfants et s'il nous arrive d'aider l'un ou l'autre à certains moments plus difficiles pour eux, cela tient au respect, à la dignité et au bonheur de chacun. Il s'agit plus d'amour que d'équité.

Nous pourrions être porté à penser comme l'ouvrier de la première heure dans la parabole, et de dire comme on entend parfois : ce n'est pas juste. Mais dans le Royaume de Dieu, il en va autrement. Ce Royaume est déjà là, au-dedans de nous et à la justice qui doit s'appliquer au soir de cette vie, vient se joindre une autre qualité de notre Dieu : la miséricorde. Justice et miséricorde ne peuvent être dissociés l'un de l'autre.

Dans l'évangile, le contraire de l'œil mauvais serait d' être capable de se réjouir du bien reçu ou accompli par d'autres. C'est une façon de nous tourner vers Dieu, la source de tout bien. Lui dont le regard est bienveillant et le cœur un puits de tendresse. Prenons un moment pour nous laisser regarder par lui

e) Prions :

Seigneur, la venue du Royaume passe aussi par nous aujourd'hui. Aide-nous à te faire confiance, ouvre-nous à ta bonté et à ton amour.

III Liturgie de la Communion

a) Antienne de la communion (Jn 10, 11.15)) dans le Prions en Église

Le Seigneur nous dit : "Je suis le Bon Pasteur, et je donne ma vie pour mes brebis."

(rassemblement pour le Notre-Père et la communion)

b) Notre Père

Grâce à Jésus, nous apprenons à faire partie du Royaume. Prions ensemble : Notre Père…

c) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur.
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

d) Communion

e)Prière d'action de grâce

Pour la confiance que tu mets en nous, en nous associant à l'avènement de ton Royaume, merci Seigneur

Pour ta justice et ta miséricorde. Merci Seigneur,

Pour ton Esprit d'amour qui réjouit notre coeur, merci Seigneur

IV Conclusion

a) Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ. Soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Chant de communion: Comme lui.

Célébration préparée par : Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 14 juillet 2010
Isaïe (10, 5-7,13-16) Psaume 93(94) Matthieu (11, 25-27)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à chacun et chacune. Nous sommes rassemblés ce matin au nom de notre foi parce que nous croyons en Dieu de bonté, celui qui nous écoute et voit nos joies et nos misères.

a) Antienne d'ouverture
Chantez le Seigneur, et célébrez-le de tout votre cœur. À tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père au nom de notre Seigneur Jésus Christ.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Prions ce matin pour tous les membres de notre communauté paroissiale, pour les malades, pour les personnes seules, pour nos enfants et petits enfants, pour nos dirigeants et pour nous-même. Prions aussi pour toutes nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
En faisant de nous ses disciples, Jésus nous dévoile toute la miséricorde de son Père.

Seigneur Jésus, tu es l'envoyé du Père, le visage de tendresse de Dieu; prends pitié de nous.
Ô Christ, tu viens parmi nous et tu nous appelle à te suivre; prends pitié de nous.
Seigneur, tu es auprès du Père et ton exemple de miséricorde nous inspire; prends pitié de nous.

Que le Dieu tout-puissant nous comble de son amour, qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

d) Prions
Dieu qui ne ferme jamais ton cœur à la prière de tes serviteurs en détresse, nous te rendons grâce d'être de toute bonté, et nous allons jusqu'à te demander d'écarter de nos vies tout malheur pour que nous puissions te servir dans la joie.

Par Jésus Christ notre Seigneur qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

L'histoire se passe environ 700 ans avant Jésus Christ.

Dans ce premier texte que nous allons entendre aujourd'hui, le prophète que l'on nomme Isaïe, s'adresse au roi d'Israël pour le conseiller. Le roi cherche des alliances pour devenir plus fort, mais le prophète lui reproche son manque de foi et le met en garde contre le roi Assyrien qui se retournera contre lui et deviendra le bâton de la colère de Dieu pour les péchés de son peuple

Écoutons ce passage du livre d'Isaïe où le prophète s'adresse au roi.

a) Lecture du livre du livre d'Isaïe (10, 5-7,13-16) (Lecture dans le Prions)

À chaque fois que le peuple juif se détourne de Dieu, un prophète se lève pour dénoncer et mettre en garde le peuple.

A la sainteté de Dieu s'oppose le péché de son peuple. Comme ces prédécesseurs Amos ou Osée, Isaïe dénonce vigoureusement ce péché. Le principal reproche concerne le manque de foi qui se traduit par la recherche d'alliances étrangères. Mais Isaïe dénonce aussi les maux qui frappent continuellement Israël : hypocrisie religieuse, orgueil des puissants, oppression des faibles.

Isaïe averti le roi que ce n'est pas par une alliance que son peuple sera en sécurité. Mais par la conversion, c'est-à-dire en faisant passer la justice dans son royaume avant l'ambition de puissance. Et comme encore aujourd'hui, le peuple ne comprendra qu'après que le malheur aura frappé.

C'est le Dieu d'Israël qui est le vraie Dieu, le peuple qui s'est détourné de Dieu subira la défaite aux mains des Assyriens.

Mais les Assyriens ne seront que l'instrument de la colère de Dieu et leur orgueil les conduira eux aussi à leur perte.

Le prophète Isaïe emploie cette belle image : " est-ce que le ciseau se glorifie aux dépens de celui qui s'en sert pour tailler ? " Il lance un appel à l'humilité sachons reconnaître que nous sommes devant Dieu. Il nous a crée à son image pour vivre dans la paix et l'harmonie. La tentation de la puissance engendre la violence et la guerre. Le Christ viendra nous proposer le chemin du pardon et de la réconciliation.

Prions maintenant dans la joie avec le psaume 93, prière du peuple repentant.

b) Lecture du psaume 93 (94) (Lecture dans le Prions)

R. Le Seigneur ne délaisse pas son peuple.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Tu es béni, Dieu notre Père, Seigneur de l'univers, toi qui révèles aux petits les mystères du Royaume ! Alléluia.

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (11, 25-27) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Comme il était dit dans le psaume, " le Seigneur ne délaisse pas son peuple ".
Alors que dans l'ancien testament, le peuple vivait dans la crainte d'un Dieu punisseur, Jésus nous propose un Dieu Père, un Dieu bon.

Lorsque l'on parle des qualités de quelqu'un, on dit par exemple qu'il est fort où qu'il est beau cela n'exclut pas qu'il soit aussi plein de défauts. Mais lorsqu'on dit que c'est une bonne personne, on couvre l'ensemble de ses qualités et on ne lui voit pas de défauts.

Quand Jésus nous parle de la bonté de Dieu, il en parle avec le regard d'un enfant qui regarde son père et qui le voit bon pour lui. C'est pourquoi il dit que ce n'est pas avec la sagesse des puissants que l'on comprend la bonté de Dieu mais avec le regard d'un enfant vers son père.

Les " touts petits ", ce sont tous ces pauvres, c'est-à-dire ceux qui font de la place dans leur cœur pour la Parole de Dieu, ils ont une place privilégiée dans le cœur de Dieu.

L'humilité que nous propose l'Évangile nous promet la vraie connaissance de la bonté ce Dieu Père qui nous veut heureux dans la paix et l'harmonie.

f) prions
De tout cœur, je veux, Seigneur, te rendre grâce, tu as écouté ma prière.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition
Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, toi qui révèle tes secrets aux tout-petits, merci de nous offrir une place dans ton Royaume."
"Seigneur Jésus, toi qui connaît bien le Père, merci de nous l'avoir donné comme notre Père."
"Seigneur Jésus, toi qui incarne la bonté, merci de nous guider par ton Esprit."

IV Conclusion

a)Bénédiction
Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi
Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par : Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 9 juin 2010

Lecture du premier livre des rois (18, 20-39)
Psaume 15 (16)
Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (5,17-19)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture (dans le Prions en Église)
" Je suis le sauveur de mon peuple, dit le Seigneur, s'il crie vers moi dans les épreuves, je l'exauce; je suis son Dieu pour toujours."

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue en ce deuxième mercredi de Juin.
Aujourd'hui nous verrons qu'il ne suffit pas d'observer la loi, mais que la loi est là pour nous acheminer bien au-delà d'elle-même c'est-à-dire sur le chemin de l'amour sans condition.
Entrons en prière avec le cœur rempli de reconnaissance pour un amour miséricordieux, l'amour de Jésus notre Sauveur.

c) Demandons la miséricorde à Dieu.

Je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant mes frères et mes soeurs, que j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission; oui, j'ai vraiment péché.
C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi mes frères et mes sœurs, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde; qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.
Amen.

d) Prions (dans le prions en Église)

Prions encore.
Seigneur, tu as voulu que toute la loi consiste à t'aimer et à aimer son prochain : donne-nous de garder tes commandements, et de parvenir ainsi à la vie éternelle. Par Jésus-Christ… Prions aussi pour les familles, surtout celles qui vivent des difficultés…

II Liturgie de la Parole

La première lecture du livre des rois raconte comment au 9e siècle avant Jésus-Christ, une guerre d'influence faisait rage entre les prophètes du dieu Baal et Élie le prophète de Yahvé. Lequel est le vrai?
Dans le récit Élie met toute sa confiance en Dieu qui désire que les pécheurs se convertissent.

a) Lecture du premier livre des rois (18,20-39)

b) Psaume 15(16)

Le psaume du jour nous montre la foi en Dieu du roi David. On reconnaît aussi son espérance en la résurrection.

Nous répondrons : Garde-moi, Seigneur mon Dieu, toi, mon seul espoir!

Lecture du psaume

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Montre-moi, Seigneur, comment garder ta loi, que je l'observe de tout cœur. Alléluia.

d) Lecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (5, 17-19)

Commentaire

Jésus n'est pas venu abolir la loi mais l'accomplir.

Après avoir entendu la voix de Dieu sur le mont Sinaï, Moïse a donné au peuple d'Israël, les commandements. Ils contiennent la loi qui devait être observée et transmise de génération en génération.
Jésus reprend cette loi et en donne un éclairage nouveau, celui de la charité, de l'amour. Par exemple, la loi de Moïse dit : tu ne feras pas de meurtre, Jésus dit : tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Il y a une continuité. L'Ancien Testament contient la promesse. Dans la première lecture, Dieu manifeste à Élie qu'Il est le Vivant. Plus tard, Dieu fait Alliance avec Moïse et lui donne les commandements. Dans le Nouveau Testament, Jésus vient accomplir le précepte de l'amour de Dieu et du prochain. Surtout, il pose des gestes d'amour qui dépassent infiniment la loi. Jésus aime chaque personne à la manière de Dieu avec le côté exigeant que cela suppose. Par exemple, Jésus ne s'est pas empêché d'approcher les lépreux ou de faire des guérisons le jour du sabbat.

Jésus critique souvent les scribes et les pharisiens pour l'observance stricte des commandements qui annule la parole de Dieu et oubli sa miséricorde. La tradition juive a tellement ajouté de règles à la loi qu'elle est devenue un obstacle à l'amour. N'avons-nous pas nous-même entassé des traditions, des jugements qui nous empêchent de réentendre la nouveauté du message de Jésus?

Dieu travaille dans la continuité et la constance de son projet d'amour et de vie sur le monde et sur chacun de nous. Nous vivons des passages imprévus personnellement, en famille, en paroisse. Il peut nous arriver de manquer d'espérance. Nous voudrions compter sur nous-même. Pourtant sur nos chemins , Jésus est en train d'accomplir sa promesse de salut et nous rassure : n'ayez pas peur! Ne craignez pas! Je suis là!

Il nous faut ré-entendre cette phrase : " Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir " et nous rappeler qu'avec Jésus, tout est possible. Pour cela nous avons la prière qui rappelle que nous avons un Dieu vivant. Prenons un moment pour entendre ce qu'Il nous dit…

e) Prions :

Seigneur, tu nous accompagnes par ta Parole sur nos routes humaines. Tu veux aussi nous fortifier par ton pain de vie. Mets en nous l'amour qui nous fait dépasser la loi pour nous rapprocher de toi par le coeur .

III Liturgie de la Communion

a) Antienne de la communion (Ps 118,4-5) dans le Prions en Église

Tu nous as ordonné, Seigneur, de garder fidèlement tes préceptes; puissions-nous avancer au droit chemin selon tes commandements.

(rassemblement pour le Notre-Père et la communion)

b) Notre Père

Grâce à Jésus, nous apprenons à être des filles et des fils bien-aimés. Prions ensemble : Notre Père…

c) Monition

Heureux les invités au repas du Seigneur.
Voici le Christ qui nous rend capables d'aimer en vérité. Il est l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

d) Communion

e)Prière d'action de grâce

Pour ton message de vie qui se transmet jusqu'à nous, merci Seigneur

Pour ton message d'amour qui nous rapproche les uns des autres, merci Seigneur

Pour ton message de continuité dans le chemin que tu nous proposes. Merci Seigneur,

IV Conclusion

a) Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ. Soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Chant de communion: Musique douce

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 5 mai 2010
Actes (15, 1-6) Psaume 121(122) Jean (15, 1-8)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à chacun et chacune. Nous sommes rassemblés ce matin au nom de notre foi parce que nous sommes tous rattachés à Jésus, celui qui nous nourrit de son Pain et de sa Parole.

a) Antienne d'ouverture
Que ma bouche soit remplie de ta louange; Seigneur, tu m'as rendu la vie : sur mes lèvres la joie chantera, alleluia.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Prions ce matin pour tous les membres de notre communauté paroissiale, pour les malades, pour les personnes seules, pour tous ceux qui attendent une visite, un coup de fil, ou un pardon. Prions aussi pour toutes nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
Nous voici rassemblés en réponse à l'invitation de Christ de faire mémoire de lui. Demandons au Seigneur de nous accueillir dans sa miséricorde afin que nous puissions nous unir parfaitement à lui, nous greffer à lui. Professons notre confiance en la miséricorde divine et implorons le Seigneur.

Je confesse à Dieu tout-puissant, Je reconnais devant mes frères, que j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission ; oui, j'ai vraiment péché. C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi, mes frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Que le Dieu tout-puissant nous comble de son amour, qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

d) Prions
Dieu qui aime l'innocence et la fait recouvrer, oriente vers toi le cœur de tes fidèles : tu les a libérés des ténèbres de l'incroyance, fais qu'ils n'abandonnent jamais la lumière de ta vérité.

Par Jésus Christ notre Seigneur qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

La religion Chrétienne n'est pas comme les autres, c'est une religion qui apporte la liberté. Jésus est venu avec le message que Dieu veut nous sauver, il est venu pour nous soulager de nos fardeaux. Fardeaux de culpabilité, de peur, de haine. Il est venu pour guérir, pardonner, consoler.

La religion Juive au contraire, est remplie de règles et d'obligations qui souvent n'ont rien à voir avec l'amour prêché par Jésus et deviennent un obstacle au salut. La religion juive comporte 613 règles, 248 obligations et 365 interdictions.

Écoutons ce passage du livre des actes des apôtres où Paul doit aller discuter avec les anciens pour leur faire valoir qu'il n'est pas nécessaire de suivre les lois juives pour être chrétien.

a) Lecture du livre des actes des apôtres (15, 1-6) (Lecture dans le Prions)

Les apôtres étaient tous des juifs, même Paul était aussi juif. C'était pour eux difficile de faire table rase de leur religion. Alors ils ont d'abord cherché à incorporer les enseignements de Jésus à travers leur pratique antérieure. Ça allait bien tant qu'ils étaient à Jérusalem avec des juifs.

Mais Paul qui était missionnaire en pays étranger avec d'autres religions a bien réalisé que beaucoup de pratiques juives étaient soit incompatibles soit sans importance pour adhérer au message de Jésus. Il est devenu évident que pour être chrétien il n'y a pas de pré requis juif, on ne doit pas imposer de fardeau à ceux qui désirent suivre Jésus.

Mais ce qui nous paraît évident aujourd'hui ne l'a pas été au début. C'est après s'être assis ensemble pour discuter que les apôtres et les anciens se sont mis d'accord pour jeter les bases de la nouvelle église.

La lecture nous rappelle que nous ne formons pas Église seuls. Il importe d'agir avec respect parce que nous ne possédons pas toute la vérité en tant qu'individu. Quand se pose une question importante, la recherche de solution doit passer par la communauté, éclairée par l'Esprit Saint.

Prions maintenant dans la joie avec le psaume 121.

b) Lecture du psaume 121 (122) (Lecture dans le Prions)

R. Nous irons dans la joie vers la maison de Dieu.

c) Acclamation à l'Évangile.

Alléluia. Alléluia. Nous appartenons au Christ Ressuscité d'entre les morts, pour porter du fruit à la gloire du Père. Alléluia.

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (15, 1-8) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Jésus nous invite à rester greffé à lui si nous voulons avancer dans le bon chemin. Puisqu'il est le chemin, la vérité et la vie.

Chercher une réponse à nos questions en Église, c'est rester greffé à la vigne, à Jésus lui-même. Coupé de la vigne, le sarment se dessèche, mais fixé solidement au tronc, la branche devient porteuse de fruit.

Il est souvent plus facile de régler nos petits problèmes tout seuls sans avoir à se justifier et à discuter avec les autres. À l'inverse, les discussions demandent plus d'énergie et de patience. Mais quand il s'agit d'intérêts communs, comme de l'avenir de nos paroisses, personne n'a le monopole de la vérité et c'est en cherchant ensemble que de bonnes solutions peuvent être trouvés.

Dans nos vies individuelles, il est bien facile de se faire une religion personnelle qui nous convient mais il est aussi dangereux de s'égarer et s'éloigner de l'essentiel du message de Jésus. C'est en restant greffé à notre communauté paroissiale, à notre vie communautaire, que nous pouvons continuer à grandir avec les autres.

Jésus fait la comparaison avec une vigne qui doit être émondé, et moi en préparant cette célébration j'ai émondé quelques branches de mon pommier. Ces branches n'étaient pas mortes mais il y en avait trop, et que trop de branches risque d'accaparer la sève et produire moins de fruits.

Dans le pommier, j'ai coupé de bonnes branches parce que j'en ai choisi d'autres pour porter des fruits. C'est comme un athlète qui doit s'entraîner et choisir de laisser de coté des bonnes choses pour se concentrer sur son entraînement.

Pour rester en contact avec Jésus, il est important de faire communauté avec les autres chrétiens, c'est ensemble qu'on se nourri et grandi. Mais il est aussi important de choisir nos projets pour bien les réaliser.

Je termine par une réflexion sur une phrase de cet évangile qui montre jusqu'où peut aller la bonne connexion de la branche avec le tronc :

" Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l'obtiendrez "

Est-ce que je demeure en Jésus ? Est-ce que je fais une place assez grande en moi pour la Parole de Dieu ?

f) prions
Enseigne-moi Seigneur comment demeurer en Toi. Ouvre mon cœur Seigneur à ta Parole. Ouvre mon appétit à ton Pain.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition
Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce

"Seigneur Jésus, nous croyons que tu nous appelles à produire du fruit dans notre milieu. Merci de nous offrir ta grâce."
"Seigneur Jésus, nous croyons en ta Parole et en ton Pain. Merci de te faire proche de nous."
"Seigneur Jésus, nous croyons que tu est présent dans nos prêtres et nos agentes de pastotale. Merci de les guider par ton Esprit."
Seigneur tu es venu nous rencontrer ce matin dans ta Parole et ton Eucharistie; vient combler nos faims de ta grâce.

1V Conclusion

a)Bénédiction
Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi
Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par : Réal Bibeau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 31 mars 2010

Lecture du livre d'Isaïe (50,4-9a)
Psaume 68 (69)
Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (26,14-25)

I Ouverture de la célébration

a) Antienne d'ouverture (dans le Prions en Église)
Au nom de Jésus, que tout être vivant tombe à genoux au ciel, sur la terre et dans l'abîme. Parce qu'il s'est fait obéissant jusqu'à la mort, et la mort sur la croix, Jésus Christ est le Seigneur, pour la gloire de Dieu le Père.

b)Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †

Bonjour et bienvenue en ce mercredi de la semaine sainte.
Nous sommes à la veille des grandes célébrations liturgiques qui nous conduisent à Pâques. Entrons en prière avec le cœur rempli de reconnaissance pour un amour qui jamais ne faiblira, l'amour de Jésus notre Sauveur.

c) Demandons la miséricorde à Dieu.

Je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant mes frères et mes soeurs, que j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission; oui, j'ai vraiment péché.
C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi mes frères et mes sœurs, de prier pour moi le seigneur notre Dieu.
Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde; qu'il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.
Amen.

d) Prions

Prions encore.
Seigneur toi qui nous aimes et qui connais nos cœurs plus que nous-même, donne à chacun ce dont il a besoin. Prends soin des malades, ceux qui ont de la peine. Protège nos familles, donne-leur la paix. Prions aussi pour nos intentions personnelles…

II Liturgie de la Parole

Nous allons écouter maintenant la première lecture qui nous parle justement de nous laisser instruire par la Parole, de faire confiance dans le Seigneur qui vient prendre notre défense.
Dans ce texte, le prophète Isaïe annonce Jésus notre Sauveur qui ne rend pas le mal pour le mal car il sait que Dieu est là pour le protéger.

a) Lecture du livre d'Isaïe (50,4-9a)

b) Psaume 68(69)

Le psaume du jour fait référence à Jésus serviteur souffrant et se termine par un message de vie et joie pour ceux qui cherchent Dieu.

Nous répondrons : Dans ton grand amour, mon Dieu, fais-moi grâce.

Lecture du psaume

c) Acclamation à l'Évangile.

Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire! Salut, ô Christ notre Roi : obéissant au Père, comme l'agneau vers l'abattoir tu te laisses conduire à la croix. Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire!

d) Lecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (26, 14-25)

Commentaire

C'est la dernière Pâque que Jésus a célébré au milieu des siens. La coutume voulait que la Pâques se célèbre en famille; par exception, Jésus veut la célébrer avec ses disciples (sa nouvelle famille). Jésus devait être habité à la fois d'une grande joie et d'une profonde tristesse. Joie du Seigneur, conscient qu'il s'apprête à sauver le monde et tristesse en raison de la souffrance qu'il va causer à ceux qu'il aime, tristesse devant la trahison de son apôtre qu'il avait choisi avec amour.

Qui est cet apôtre Judas?
Judas connaissait mal la mission de Jésus. Il a fort probablement été victime de ceux qui voulaient éliminer Jésus et qui se sont servis de lui pour arriver à leur fin. Judas a voulu contre la volonté de son maître, l'amener devant le tribunal non pas pour le faire mourir, mais pour l'amener à se mettre en valeur. Il pensait que Jésus allait se tirer de ce mauvais pas comme les autres fois.

Quel a été l'attitude de Jésus?
Pendant que Judas marchande avec les ennemis du Seigneur sur le prix de sa trahison, Jésus prend l'initiative de donner sa vie de lui-même et il la donne gratuitement. "Mon temps est proche" dit-il. Jésus révèle ensuite leur complot au grand jour: "L'un de vous va me livrer". Si Jésus avertit ainsi ses apôtres, ce n'est pas pour jeter le trouble, ni invoquer sur lui l'apitoiement mais pour avertir les disciples de tous les temps, des ruses de l'ennemi. Jésus le dit au grand jour pour que nous puissions nous appuyer sur cette connaissance pour combattre victorieusement dans la foi.

Serait-ce moi?
Telle est la question que tous les apôtres ont senti le besoin de poser pour être rassurés. Souvenons-nous que Jésus les aimait tous, que jamais Il n'a retiré son amour à Judas. Au moment où celui-ci le trahissait, c'est du nom de "mon ami" qu'il l'a accueilli. Sachons que Jésus est justement venu racheter ce qui était perdu. Un seul regard de foi vers lui suffit à libérer sa miséricorde. Comme le dit la fin du psaume : Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête. "Vie et joie à vous qui cherchez Dieu."

(Prenons un temps pour tourner notre cœur vers Jésus.)

e) Prions :

Seigneur , tu viens prendre notre défense, tu nous appelles à te faire confiance de plus en plus. Fais que nous entrions dans ton mystère d'amour et que nous puissions recevoir la grâce de vivre notre mission chaque jour.

III Liturgie de la Communion

a) Antienne de la communion (Mt20,28)

Le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude

(rassemblement pour le Notre-Père et la communion)

b) Notre Père

c) Monition

L'Eucharistie fait rencontrer Jésus et invite à entrer dans une relation de communion avec Lui vivant, présent, attentif et agissant.

Heureux les invités au repas du Seigneur.
Voici l'Agneau de Dieu. Il nous rassemble et nous guide. Il enlève le péché du monde,

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

d) Communion

e)Prière d'action de grâce

Seigneur tu es l'ami de ceux qui portent de lourds fardeaux. Merci de nous aimer autant.

Seigneur nous pouvons compter sur toi pour nous donner des mots et des gestes de douceur et de bonté. Merci de la présence.

Seigneur toi qui n'a jamais fui les défis, donne-nous de vivre comme toi , debout, inébranlable dans la paix, la fidélité et la confiance au Père. Merci de ta Parole agissante.

IV Conclusion

a) Bénédiction

Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi

Allons dans la paix du Christ. Soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Chant de communion: Musique de Robert Lebel

Célébration préparée par :
Lise Boissonneau


CÉLÉBRATION DE LA PAROLE
Mercredi, le 24 février 2010
Jonas (3, 1-10) Psaume 50(51) Luc (11, 29-32)

I Ouverture de la célébration

Bonjour et bienvenue à cette rencontre. Nous sommes rassemblés ce matin pour entendre la Parole de Dieu. Lorsque nous sommes réunis, nous formons une petite communauté et c'est en communauté que Dieu nous parle. Laissons cette Parole de Dieu nous toucher et laissons-nous convertir.

a) Antienne d'ouverture
Rappelle-toi, Seigneur, tes tendresses, l'amitié, que tu nous as montrées depuis toujours. Que jamais le mal n'ait raison de nous; délivre-nous de toutes nos angoisses.

b) Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit. †
Prions ce matin pour nos communautés paroissiales pour qu'elles se laissent guider par l'Esprit Saint. Prions aussi pour toutes nos intentions particulières.

c) Préparation pénitentielle.
Nous croyons fermement que Dieu pardonne à qui se repend et pardonne. Professons notre confiance en la miséricorde divine et implorons le Seigneur.
- Seigneur Jésus, tu incarnes le jugement de Dieu; prends pitié de nous.
- Ô Christ, tu annonce le pardon du Père; prends pitié de nous.
- Seigneur, tu es la vie de Dieu offerte en plénitude; prends pitié de nous.
Que le Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde et que son Esprit nous prépare toujours à pardonner sur le chemin de la vie éternelle.

d) Prions
Regarde, Seigneur, avec bienveillance ton peuple qui cherche à mieux te servir : tandis qu'en nous imposant des privations nous maîtrisons notre corps, permets qu'en agissant selon le bien, nous obtenions un esprit nouveau.
Par Jésus Christ notre Seigneur qui vit et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles.

II Liturgie de la Parole

On observe une tendance dans notre société - individualisme moderne oblige - à considérer la conversion sur un plan strictement individuel. Pourtant les lectures du jour nous parlent de " génération ", de " ville ", bref, de communauté. Du point de vue communautaire, le péché se situe dans la relation avec autrui.

Écoutons ce passage du livre de Jonas et remarquons comment s'effectue la conversion des habitants de Ninive.

a) Lecture du livre de Jonas (3, 1-10) (Lecture dans le Prions)

Devant les conséquences de leur façon de vivre, toute la communauté de Ninive est incitée à se tourner vers Dieu dans un mouvement commun. Une fois tournée vers Dieu, la conversion individuelle devient possible.
Le roi demande aux habitants de jeûner devant une menace peut-être d'un volcan ou d'une inondation, mais pourquoi jeûner ? À quoi ça peut servir ?
Tant qu'on ne se sent pas touché personnellement par quelque chose, on ne se sent pas concerné.

C'est lorsque le prix de l'essence monte qu'on prend conscience de notre dépendance au pétrole. C'est lorsqu'on se fait cambrioler qu'on prend conscience des effets de la drogue sur notre société.

Le roi de Ninive a voulu toucher personnellement chacun de ses habitants pour qu'ils réagissent communautairement. La parole de Jonas a crée un mouvement populaire, qui a changé la suite des événements.

En jeûnant, nous nous plaçons volontairement en position de ressentir notre besoin et en même temps de comprendre celui des autres. Il faut avoir faim pour apprécier la nourriture.

La Parole d'aujourd'hui nous invite à apprécier notre communauté, et à être un élément positif dans cette communauté, on y verra à l'œuvre notre Dieu de bonté et de miséricorde.

Prions maintenant avec le psaume 50 qui demande la miséricorde du Seigneur.

b) Lecture du psaume 50 (51) (Lecture dans le Prions)

R. Mon Dieu, tu ne rejettes pas le cœur qui se tourne vers toi.

c) Acclamation à l'Évangile.

Gloire à toi Seigneur, honneur, puissance et majesté ! Maintenant, dit le Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur : je ne suis qu'amour et bonté. Gloire à toi Seigneur, honneur, puissance et majesté !

d) Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (11, 29-32) (Lecture dans le Prions)

e) Réflexion sur la Parole

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, la foule s'approche de Jésus pour voir un spectacle. Sa renommée est grande, Il fait des miracles, il guérit des malades, chasse des esprits mauvais, il nourrit même des foules miraculeusement.

Mais Jésus n'est pas venu faire un spectacle, il est venu pour nous transmettre un message : convertissez-vous, ce que vous recherchez ne mène pas au bonheur. Changez votre manière de vivre, soyez attentifs au gens qui vous entourent, ils vous le rendront.

Un jeune parent qui ne fréquente pas souvent les églises me disait dernièrement : La messe, ça pas changé, c'est toujours aussi plat que c'était.

On voudrait consommer la messe comme un spectacle, on voudrait que la messe soit au même rythme que la vie moderne, on voudrait la messe comme un bien de consommation qu'on peut magasiner.

Oui, Jésus fait encore des miracles, mais il ne se donne pas en spectacle, il vient dans nos coeurs lorsque nous avons faim de Lui.

Le jeûne du carême aiguise notre faim, nous rapproche de nos besoins et de ceux des autres. Faisons l'expérience d'avoir faim, et reconnaissons toutes nos richesses, spécialement celle de la foi que nous avons reçu en cadeau.

f) prions
Qu'ils obtiennent la joie, Seigneur, ceux qui t'espèrent, une joie éternelle en ta présence.

III Liturgie de la Communion
(rassemblons-nous pour la communion)

a) Notre Père

b) Monition
Heureux les invités au repas du Seigneur
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri.

c) Communion (Chant )

d) Prière d'action de grâce
"Seigneur Jésus, nous croyons que tu viens vers nous ce matin pour combler notre faim. Merci de nous offrir ton pain."
"Seigneur Jésus, nous croyons ta Parole peut faire en nous des miracles. Merci de venir nous rencontrer."
"Seigneur Jésus, nous croyons que tu est présent dans les personnes que nous rencontrons. Merci pour ta présence à nos besoins."

Seigneur tu es venu nous rencontrer ce matin dans ta Parole et ton Eucharistie; vient combler nos faims de ta grâce.

1V Conclusion

a)Bénédiction
Demandons au Seigneur de nous bénir
Au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen. †

b) Envoi
Allons dans la paix du Christ et soyons heureux.
Nous rendons grâce à Dieu.

Célébration préparée par :
Réal Bibeau